Chronique : Daisy T.1 chez Akata

Découvrez nos premières impressions sur le nouveau shojo des éditions Akata sur le quotidien de jeunes lycéennes de Fukushima.

[Lire l'article sur Manga Sanctuary](http://www.manga-sanctuary.com/news/17910/chronique-daisy-t-1-chez-akata.html)

J’étais déjà convaincue, et je le suis encore plus! Je l’achèterai les yeux fermés.

J’ai hâte de mettre la main dessus ! Moi aussi ça me tente vraiment, j’aime beaucoup ce genre de séries “vie sociale” basés sur des faits réels (anciens ou non). :slight_smile:

Je l’ai, mais je vais attendre le tome 2 pour tout lire d’une traite.

Comme Ivan, j’achèterai les deux volumes en même temps pour lire d’une traite

Traduction : ce que raconte un shôjo qui “mérite” cette appellation ne peut que ne pas intéresser tout le monde et ne peut pas traiter d’un sujet de société qui nous intéresse tous…
La mention à l’article “La valse des catégories” est quasiment usurpée quand la phrase qui la contient reflète une telle déconstruction du discours concerné… Je ne peux pas empêcher mes poils de se hérisser en lisant ce genre de commentaires !
Cette phrase aurait-elle existé si le manga sujet de l’article avait été un shônen ou un seinen?

Je voulais surtout dire que d’apposer une étiquette quelconque pour ce genre de manga n’a pas de sens…que ce soit shojo ou autre.
Pour moi, un manga qui traite d’un tel sujet et surtout abordé de cette manière est inclassable. J’ai dit ça pour justement appuyer l’autre article sur les catégories…

J’hésite à lire le premier volume (que j’ai acheté Samedi), ou à attendre d’avoir le second pour tout lire d’une traite…

A mon sens tu peux lire le 1er tome dès maintenant étant donné qu’il n’y a pas particulièrement de suspense ou quoi que ce soit. A la fin de ce tome on n’est pas frustré.

j’ai lu le bouquin hier et je dois avouer qu’il est génial ! Sans tomber dans le pathétique ou le déni, Daisy est vraiment le manga à lire … je ne vais pas redire ce qui a déjà était dit au dessus mais FONCER !

Une chronique qui sonne fort juste concernant les forces de l’oeuvre et parvient à souligner ses grands thèmes et son objectif en évitant le larmoyant, tout comme la série.

Je rejoins aussi en partie le “-” concernant l’aspect “shôjo” qui en dissuadera certains (couverture rose, le mot lycéenne, un dessin très typé shôjo). Néanmoins, l’auteur n’a pas choisi de dessiner un shôjo. Il s’agit simplement de son style, sa narration, sa manière de raconter une histoire, et il n’y a aucune raison qu’elle en change juste pour, peut-être, parler au plus grand monde (ce qui n’est pas sûr). Elle mets aussi l’accent sur les sentiments de filles de Fukushima plus particulièrement, donc son style paraît adapté. Elle parle de la catastrophe de son propre point de vue, donc féminin, et tant pis si tout le monde n’accroche pas, c’est beaucoup plus personnel dans ce cas-là.

Dans tous les cas, un très beau titre, positif et réaliste à la fois sur la situation de Fukushima, qui fait bien ressentir les difficultés rencontrées par les victimes du nucléaire, tout en nous proposant un vrai fil narratif cohérent.

Allez, je remonte un peu ce sujet pour “fêter” les 4 ans de la catastrophe.

iletaitunefoisunmanga.wordpress … o-momochi/

Ceux qui n’ont pas encore lu Daisy, foncez ! C’est un témoignage important car il ne faut pas oublier que la catastrophe ne s’est pas terminée en 2011 et qu’elle est toujours en cours.

Ça me fait penser à la campagne qui passe actuellement à la TV pour la sécurité routière (qui dit, grosso modo, qu’un accident de la route peut durer toute la vie).

Tori.