Chronique : Levius T.1

Découverte de ce premier tome du nouveau seinen des éditions Kana

[Lire l'article sur Manga Sanctuary](http://www.manga-sanctuary.com/news/21641/chronique-levius-t-1.html)

J’ai eu le souci à ma lecture de la prépublication… Je n’aime pas ces effets. J’aurais préféré que l’effet de flou soit dû à du dessin pur plutôt qu’à un filtre numérique (certains auteurs s’en sortent bien, avec des hachures, par exemple ou un trait juste esquissé, et un trait plus franc pour ce qu’ils veulent mettre en avant… le truc, c’est que l’auteur applique sa méthode à la quasi totalité de ses planches, apparemment, et ça gêne d’autant plus).

Je me suis arrêté à la prépublication, et ta chronique confirme ma première impression. Dommage.

Tori.

Je surveillais ce manga, aussi j’ai lu cette chronique et si en effet l’auteur surjoue de ces effets floutés, ça va m’agacer très rapidement. Quand c’est exceptionnel, cela passe encore mais j’estime comme Tori que la dessinatrice aurait pu éviter le floutage numérique (mal utilisé la plupart du temps car exagéré) pour reproduire ce même effet de démarcations de plan ou plutôt d’objets dans un même plan. Et si à cela on ajoute les autres points négatifs et bien j’irai probablement feuilleter vite fait en librairie sans pour autant m’arrêter très longtemps, dommage, le trait graphique de base me plaisait bien.

Je suis dans l’ensemble du même avis que Skeet.
L’histoire me paraissait originale et prometteuse, par contre le graphisme ainsi que la confusion scénaristique m’ont vite fait déchanter.
C’est bien dommage.

En ce qui me concerne, je n’ai pas du tout accroché.
Je n’ai pas eu l’impression de lire un manga mais plus un roman graphique et les effets de flou ne m’ont pas plu.
J’ai abandonné après quelques pages. Et cette chronique confirme ma première impression.

J’ai feuilleté le premier volume hier et un peu comme tout le monde j’ai très vite abandonné ma lecture.
Déjà, j’avais perdu l’habitude de lire dans le sens occidentale, mais c’est 3 fois rien.
L’auteur possède un très beau trait, on a des pages très détaillées mais l’effet donné au planche pique les yeux.
Ces trames pointillées et floues sont beaucoup trop nombreuse, visuellement on se lace vite.
Niveau scénario j’ai trouvé ça très décousu, un rythme qui ne m’a pas du tout plus, je n’avais même pas envie de lire le texte.
Vraiment dommage, car la bande annonce faite par Kana était très alléchante mais au final ça s’est révélé être décevant.
C’est un style vraiment particulier que certains aimeront sûrement.

je te trouve un peut dur , surtout sur le premier volume il essaye de poser les bases , montrer son passé les traumatismes du a la guerre et pourquoi il sa bat… voir sa mère un jour debout grâce au combat dans un arène , je sais c’est pas terrible mais il essaye de developper son personnage et je pense qu’il mérite au moins le tome 2 avant de donner un avis définitif . Par contre il faut saluer la qualité du papier , les 4 pages couleurs au début de manga pour se prix normal me direz-vous mais il ne le font pas tous .

Cette fois-ci je ne rejoins pas les critiques ;p
Pour reprendre les deux critiques majeures faites à Levius, je n’ai pas du tout été gêné par l’effet de flou (même s’il faut admettre que l’inverse peut-être compréhensible vu la fréquence d’utilisation de la technique), au contraire, je trouve qu’il met en valeur le trait original de l’auteure et qu’il donne un certain cachet à l’oeuvre. Par comparaison, je suis bien plus dérangé par les mangas qui incrustent leurs dessins sur des photographies numérisées (type Last Hero Inuyashiki, Gantz et bien d’autres).

Ensuite, concernant l’apparent manque de cohérence, je dois avouer que je ne l’ai pas perçu de cette manière… Je trouve au contraire la narration de l’auteure audacieuse et parfaitement en accord avec la personnalité de Levius : pendant tout ce tome, et depuis des années, il est perdu et n’a plus de repère. J’estime que de ce fait, l’absence de fil rouge ainsi que le passage hasardeux de certaines scènes à d’autres montrent avec une rare justesse la bulle dans laquelle est enfermé Levius.

Tout ça pour dire que lors de la lecture de ce tome (non exempt de défaut, même malgré mon point de vue global plutôt positif), j’ai été complètement immergé dans l’univers et l’histoire. Ma seule réelle crainte vu la fin, ce serait que Levius se transforme en un vulgaire shonen de baston sur fond d’enfance traumatisée…
Je ne remets évidemment pas en cause les points de vue précédents mais je trouve surprenant de voir que finalement peu de monde a accroché !

J’ai hâte d’être ce w-e pour me faire mon avis dessus également (^^)