CLARK KENT : SUPERMAN t.0-2 (Brian Michael Bendis / collectif)

clark-kent-superman-tome-2

Clark kent : superman tome 2

Pendant longtemps, on s’est demandé comment des criminels pouvaient évoluer dans les entrailles de Metropolis, la ville célèbre pour les exploits de son protecteur, Superman !

Aujourd’hui, alors que le Daily Planet est sur le point de sombrer et que les incendies se multiplient en ville, l’Homme d’Acier découvre qu’un ennemi invisible s’insinue dans les quartiers les plus dangereux.

INFOS

SCÉNARISTE : BENDIS BRIAN MICHAEL - DESSINATEURS : SOOK RYAN, GLEASON PATRICK
  • Public : 12+
  • Collection : DC REBIRTH
  • Date de sortie : 05 juillet 2019
  • Pagination : 160 pages
  • EAN : 9791026816362
  • Contenu vo : Action Comics #1001-1006

J’avais lu la mini-série, que j’avais trouvé trop longue, parfois bancale mais plutôt sympa. Mais visiblement pas au point de continuer les séries mensuelles. Je me suis rattrapé avec ces parutions VF.
Et ce deuxième album m’a vraiment bien plu. Déjà, graphiquement, ça tabasse. C’est magnifique, plein d’énergie, et Bendis laisse respirer le dessin. Ensuite, c’est plutôt bien mené. J’ai bien aimé son utilisation de Zod. Quant à son méchant, il parvient à l’utiliser sans l’épuiser. Les rebondissements sont pas mal, même si certaines choses ne sont pas toujours très claires (il a voulu créer un mystère autour de la raison pour laquelle la situation dérape, mais c’est pas super accessible, même si les choses sont expliquées en cours de route).
Bref, je m’attendais à une lecture pénible, mais en fait, j’ai un album plein d’action où les personnages ne semblent pas trahis. Je ne sais pas si ça va durer, mais pour l’heure, c’est plutôt agréable.

Jim

j’avais l’impression qu’il me manquait quelque chose

Troisième tome (enfin, deuxième, mais on se comprend), qui reprend la série consacrée à la dimension humaine du personnage. Et là encore, plein de choses intéressantes : un Clark Kent que Gleason dessine comme un lourdaud (un peu en clin d’œil au jeu d’acteur de Chris Reeve, je pense), une vie de la rédaction qui semble réelle et présente, un père de famille hanté par l’absence de son épouse et de son fils, alors que tout le monde se moque de lui (Bendis s’amuse du triangle amoureux avec Superman, c’est plutôt bien vu), des retrouvailles intéressantes, et un fil rouge sympathique (mais prévisible : on a une nouvelle membre de la rédaction et une nouvelle vilaine, faut pas être sorti de la cuisse à Saint-Cyr pour additionner). Globalement plutôt chouette, un poil long mais les défauts de Bendis semblent dilués dans l’ambiance générale.
Ça fait quand même des années (ça frise les décennies, même) que j’ai pas pris du plaisir à lire le boulot du monsieur, et j’avoue que pour l’instant, ces trois tomes me plaisent bien. Sans aller jusqu’à dire que c’est une grande période, je trouve qu’il se montre fidèle à l’univers du personnage et c’est déjà pas mal.

Jim

La canicule vient de sévir.

J’aime beaucoup aussi.

Hahahahaha
Gnagnagna, d’abord !
En plus, dans la Manche, il a plu les deux jours passés, et encore cette nuit et ce matin très tôt. La couverture nuageuse ne s’est levée qu’en mi-journée, et s’il fait chaud, c’est loin d’être la canicule (et j’en suis ravi).
Donc non, je crois que je possède encore mes moyens (bon, ma santé mentale est ce qu’elle est, mais quand même…)
:wink:

Jim

J’avais lu la mini à l’époque de la sortie américaine, mais du coup j’ai relu dans la version VF compilée. Force est de reconnaître que c’est un brin décompressé (comme je dis toujours, Marv Wolfman et George Pérez auraient réglé ça en un épisode, et Lee & Kirby en dix pages), mais ça fonctionne plutôt bien. La valse des dessinateurs est efficace (même si je n’aime pas trop Jay Fabok, qui est toujours bien enquiquiné avec des gens habillés normalement), et même des idées casse-gueule comme confier la baston à Kevin Maguire mène à un bon résultat. Les tics d’écriture de Bendis (par exemple les répétitions de bulles) trouvent un certain sens et ne sont pas totalement gratuits. Bref, c’est plutôt sympa.

Jim