COLT & PEPPER t.1 (Darko Macan / Igor Kordey)

Colt et Pepper T01: Pandemonium à Paragusa

(Synopsis à venir)

  • Broché: 56 pages
  • Editeur : Delcourt (15 janvier 2020)
  • Collection : DELC.TER.LEGEND

Oulala, c’te couv’ !!!

1 J'aime

Bon, c’est déjà vendu, en ce qui me concerne.

Jim

C’est quoi ce chat oO

Tiens le père Kordey sera au festival BD de Buc (dont je suis le libraire c’est le 14-15 octobre) cette année. Dommage que son bouquin sorte en janvier ça sera impossible de l’avoir autant en avance.

Il y est comme chaque année.

C’'est bête, je monte le week end d’après sur Panam.

Le synopsis :

Dans une étrange Amérique du 17e siècle, où se côtoient créatures étranges venues de réalités alternatives, magie et intrigues politiques, le capitaine de la garde Salomon Culpepper ou « Pepper » pour les intimes, cherche à sauver son neveu Colt qui s’est mis dans une situation inextricable avec le duc de Paragusa. Cette ville, où il a si souvent fait respecter la loi, se retourne alors contre lui.

Extrait :

Source : www.editions-delcourt.fr

ça semble être du très grand Kordey. ça fourmille de détails !

Ça démarre en trombe, effectivement.

Jim

Et la qualité des images est superbe. J’imagine en vrai …

Quelle excellente surprise que ce nouveau projet de l’équipe Macan / Kordey. On sait les deux bougres capables de réinventer les zombies, et les voilà qui s’attaquent à la fantasy, dans une veine à la fois subtile, raffinée… et rentre-dedans.

Couv_382246

On suit donc le périple de Salomon Culpepper, capitaine de la garde qui a servi quatre tyrans et qui s’apprête à savourer une retraite qu’il estime, et qu’on imagine, bien méritée. Oui mais voilà, son propre neveu, Coltrayne, est mêlé à la dernière insurrection en date, et le vieux soldat choisit de le sauver, de tuer le despote et de fuir la ville marchande de Paragusa, peuplée de créatures fantastiques, souvent hybrides, que l’on pourrait croire tirées des bestiaires médiévaux.

Le deuxième acte montre comment les deux fuyards parviennent à sortir de la cité, en profitant de l’aide d’un vieux pirates victime d’une malédiction de sorcière. Le troisième les montre arpentant la campagne avant d’aller visiter le Bois des Bouleaux où ils sont confrontés aux fantômes de leurs anciens amis et ennemis… Sauf que Colt y fait une drôle de rencontre, à l’issue de laquelle il comprend qu’il leur faudra revenir à Paragusa.

Il y a beaucoup à dire sur l’album, tant ses qualités sont nombreuses. Par exemple, Macan y utilise une voix off de narrateur omniscient qui colle très bien avec le monde pseudo-médiéval mis en scène, et donne à son récit des allures de chroniques. Autre prouesse, la description d’une magie omniprésente, dont les manifestations sont subtiles et complexes, laissant entendre une cohérence et une grande richesse internes.

On retrouve l’ironie du scénariste, ainsi que cette forme de poésie désespérée qui teinte ses créations depuis que je connais son travail (donc depuis ses Grendel dessinés par le regretté Biukovic). Il dispose des éléments d’information de manière pertinente, ce qui permet à son lecteur de comprendre comment le monde dans lequel se déroule l’action est advenu (une page suffit à Macan et Kordey pour tout rendre clair). Il sait également construire son récit en laissant des indices sur d’éventuels développements à venir, et laisse le lecteur sur une attente assez oppressante.

Bref, une très belle réussite, où Igor Kordey fait encore la démonstration de son talent (même si parfois quelques bulles ne sont pas placées de la manière la plus efficace qui soit). Une excellente surprise pour ma part, et j’attends avec impatience le tome suivant.

Jim

Je ne sais pas si je l’ai déjà dit, mais je me demande s’il n’y a pas une filiation entre Kordey et Corben.

Je le pense aussi.
J’y ai repensé récemment en lisant mon intégrale noir & blanc de Nuit Noire, de Chauvel et Lereculey, où je trouvais que le travail de celui-ci m’évoquait ces deux auteurs. Je parie que Kordey et Lereculey ont bien regardé Corben. Mais je me trompe peut-être.

Jim

Comme mon éminent prédécesseur, cette Fantasy « Grand Siècle » sensée se dérouler sur une terre des Indes occidentales©, a tenue les promesses que la présence de ses deux auteurs engageait.

Comme souvent chez Kordey, toute une théorie de Quasimodos magnifiques s’y disputent la plus grande case. Macan, sur la même longueur d’onde, risque comme son compatriote, d’attirer les foudres des sensitivity readers toujours en état d’alerte.

Bref, comme je le dis sur mon blog [Pour en savoir +] ; « Anubis à la couleur et Fanny Thuillier à la traduction, parachèvent de faire de cette entrée en matière une étape inoubliable, qui pour le pire ou le meilleur, ne sera pas la dernière. »

En ce qui me concerne tout au moins !