Couleurs de l'incendie - Pierre Lemaitre (AlbinMichel)


(Fab) #1

Présentation de l’éditeur
Février 1927. Le Tout-Paris assiste aux obsèques de Marcel Péricourt. Sa fille, Madeleine, doit prendre la tête de l’empire financier dont elle est l’héritière, mais le destin en décide autrement. Son fils, Paul, d’un geste inattendu et tragique, va placer Madeleine sur le chemin de la ruine et du déclassement. Face à l’adversité des hommes, à la cupidité de son époque, à la corruption de son milieu et à l’ambition de son entourage, Madeleine devra déployer des trésors d’intelligence, d’énergie mais aussi de machiavélisme pour survivre et reconstruire sa vie. Tâche d’autant plus difficile dans une France qui observe, impuissante, les premières couleurs de l’incendie qui va ravager l’Europe.


(Fab) #2

Quel défi relevé magnifiquement par Pierre Lemaitre que de donner une suite à Au revoir,là-haut.
7 ans après la mort d’Edouard la saga de la famille Péricourt reprend avec le décès du patriarche Marcel Péricourt, figure du système bancaire à la française.
Ce 2ème opus de la trilogie nous amène de 1927 à 1933 et met en avant Madeleine,ex-femme du détestable Henri d’Aulnay-Pradelle et héritière de la banque Péricourt, ainsi que son fils Paul.
Un récit en 3 temps (la chute,la reconstruction et la revanche parfois violente),avec une symétrie certaine par rapport au 1er roman, sur fond de début d’incendie européen.
C’est épatant,c’est formidablement écrit, Pierre Lemaitre est un fabuleux conteur et il suffit de tirer sur le fil de l’histoire une fois l’intrigue mise en place pour aller jusqu’au bout sans même sans rendre compte tellement on peut être happé par le récit.
C’est évident politique et éminemment engagé (mais comme le sont ses autres ouvrages) autour de la Crise de 29,de l’évasion fiscale, le rôle de la presse et de la montée du fascisme. Tout ayant un écho avec notre actualité.
Cette manière d’interpeller le lecteur à plusieurs reprises, de construire sur la durée cette vengeance à la Monte-Christo, de revenir à la dimension feuilletonnante de la littérature populaire m’ont ravi et font que ces Couleurs de l’incendie sont véritablement et immensément plaisantes à lire.
Vivement que nous puissions retrouver (où et quand surtout) la famille Péricourt pour la conclusion de cette formidable saga.