CRITIQUE +Anima volume 5

Un tome où l’on en apprend un peu plus sur Cooro (le +Anima du corbeau) et sur son enfance…enfin ! Plus les tomes passent et plus on se rend compte du travail de l’auteur sur les personnalités de chacun des protagonistes. Même s’ils sont à la limite du cliché (celui qui a toujours faim, la peste pleurnicheuse, le silencieux et le râleur au cœur tendre), deux personnages sortent du lot de part leurs charismes (Husky le +Anima du poisson et Nana, la +Anima de la chauve-souris), et ce malgré le côté gnan-gnan part moments… Un tome plaisant, qui s’arrête au moment où l’on sent que l’on va enfin découvrir le passé de Senri, le +Anima de l’ours.
Ces deux derniers tomes relèvent le niveau de cette série, même si l’on est loin d’avoir le manga de l’année entre les mains.