CRITIQUE Astral Project volume 1

Voici un premier tome très bon pour ce polar surnaturel.
L’histoire débute très vite et est très originale (notre héros découvre, en écoutant un mystérieux disque de jazz, qu’il peut sortir de son corps. serait-ce là l’origine de la mort de sa soeur ?), et le scénariste Marginal (l’un des pseudonymes utilisés par Tsuchiya Garon, l’auteur du célèbre Old Boy) prend le temps d’approfondir ses personnages . On n’a pas vraiment le temps de s’ennuyer, et le lecteur est amené à se poser certaines questions quant aux mystères de ce manga. Du tout bon pour l’intrigue, donc, qui est très prenante.

Certains reprocheront aux dessins de Syuji Takeya d’être assez froids et “carrés”. En ce qui me concerne, je trouve que ceux-ci permettent de renforcer le côté sombre et mystérieux de ce polar.

Voici donc un premier tome très prometteur, et il me tarde de lire la suite.

Ce premier tome est en effet très prometteur pour la suite!
Mais attention ce manga n’est pourtant pas à mettre entre toutes les mains, car les thèmes abordés y sont durs (le suicide par exemple).
L’atmosphère de ce manga est très particulière, et la musique jazz, s’y prête parfaitement.
C’est vraiment une très bonne surprise!
J’ai acheté le tome 2 aujourd’hui, j’ai hâte de le lire!

N’exagérons pas. Il est question d’un (ou plutôt d’une) suicidé(e); c’est un problème grave, je suis d’accord; mais le manga l’aborde tout de même de façon à ne pas être réservé à un public averti.
Le thème abordé par un manga peut être dur et sérieux sans que le manga lui-même ne le soit (cf Death Note pour citer un autre exemple).
Pour moi, Astral Project pourrait être lu par un gosse de 8 ans sans qu’il soit choqué le moins du monde (bon d’accord il comprendrait rien non plus à l’histoire car c’est tout de même moins basique et plus subtil que Naruto ou One Piece).
Bref, tout ça pour dire que je ne suis pas d’accord quand tu dis que ce manga n’est pas à mettre entre toutes les mains. La seule limite d’âge que je mettrais serait celui nécessaire à la bonne compréhension de l’histoire.

Pour moi ce manga doit avoir une limite d’âge, un gosse de 8-10 ans n’a pas à avoir un seïnen entre les mains c’est tout! comme il n’a pas à voir de films d’horreur, c’est une question de bon sens…

Oui mais bon… On va pas non plus s’arrêter à la classifiction du manga sans même examiner son contenu.
Ok, à 8 ans, mater un film d’horreur pourrait effrayer le gosse, il fera des cauchemars, etc. Bref : ils sont pas interdits aux enfants sans raison.
Par contre, c’est pas parce qu’il est écrit “seinen” qu’il est néfaste pour un enfant de lire un tel manga. Spécialement ici : c’est peut-être un brin trop compliqué mais il n’y a pas vraiment de raison “d’interdire” la lecture d’Astral Project à un enfant. Rien de choquant, d’effrayant, de malsain, de gênant ou quoi que ce soit d’autre…

avec ce genre de discours il ne faut plus s’étonner que les enfants perdent si tôt leur innocence et se prennent pour des minis adultes…

Astral project est pour un public mature non pas pour la violence des images: il n’y en a pas mais en raison des thématiques et de la manière des les aborder: un voyage hors de son corps, le travail de deuil etc…je rejoins donc chris936, un gamin de 8 ans n’aura pas le recul nécessaire pour apprécier à se juste valeur l’ouvrage, c’est par pour autant qu’il en sortira traumatisé par sa lecture.

J’ai bien apprécier ce 1ier tome: l’ambiance, le mystère…le cd de jazz me fait le même effet que la fameuse vidéo de the ring. lol si je les avais entre les mains est-ce que j’aurai le courage d’écouter le cd ou de voir cette fameuse vidéo.
A choisir, je prend le cd: flotter au dessus de mon corps est une expérience qui me tente assez.