CRITIQUE Bobobo-Bo Bo-Bobo volume 5

Mais comment un manga pareil peut-il faire 21 tomes ?
C’est la question que je me pose à chaque fois que je lis un nouveau tome de Bobobo, manga qui nous présente de la débilité à l’état brut.
Ce n’est pas mauvais, il faut juste accrocher au délire permanent de l’auteur Yoshio Sawai, qui semble se contenter de retranscrire sur papier tout ce qui passe par son cerveau pas très net, mais il faut bien se rendre à l’évidence: au bout de 5 tomes, la série commence déjà à montrer sérieusement ses limites.
Un délire de ce style, c’est sympa si ce n’est pas trop long. Mais là, 21 tomes… et ce ne sont pas les pseudo-révélations de ce tome sur le passé de Bobobo qui changeront quelque chose.
Ce nouveau tome réserve son lot de stupidité et ne manquera pas de faire rire ou sourire les fans du genre. En ce qui me concerne, j’ai esquissé quelques sourires, mais j’émets des craintes sur la suite.