CRITIQUE Boogiepop Dual volume 2

Suite et fin de Boogiepop dual avec ce tome 2, et avis mitigé en vue.

L’histoire se termine aussi vite qu’elle a commencé. Il y a certes une fin, et on en apprend un peu plus sur les principaux personnages, mais le tout est malheureusement survolé. Dans l’ensemble, peu de détails sont donnés, un ou deux tomes supplémentaires n’auraient pas été de trop. Avec une intrigue de départ aussi intéressante, c’est assez dommage.
Cependant, ça reste une lecture très sympathique, notamment grâce aux relations entre les personnages principaux (qui auraient elles aussi mérité d’être plus approfondies) et aux dessins toujours aussi beaux de Masayuki Takano, l’auteur de Blood alone, qui arrive à donner à l’oeuvre une ambiance particulière et vraiment plaisante.

Boogiepop dual est un manga qui regorge de bons éléments, malheureusement sous-exploités. La série n’en est pas pour autant mauvaise, c’est une lecture très agréable, mais qui, à mon avis, s’oubliera assez rapidement après lecture.

Pris de vitesse de peu lol

Que dire de plus… Les personnages auraient pu mieux être travaillés sur le plan psycho, les dessins sont une chose, mais le caractère est tout aussi important…

Au final, ce n’est pas une lecture que je retiendrai, c’est léger, on passe du bon temps puis on l’oublie aussi vite qu’on l’a découvert…

Dommage, c’était potentiellement très prometteur mais deux tomes sont largement insuffisant pour développer cet univers et ses persos… tant pis…