CRITIQUE Cats volume 5

Un mois après le tome 4, voici donc le dernier volume de Cats !

Au programme de ce dernier tome, l’apparition d’un nouveau personnage assez hilarant: le père de K, dont le principal objectif semble être de… manger le chat de son fils ! Il emmènera également K sur la piste d’un mystérieux trésor, en suivant les pas hasardeux du félin.
L’auteur a une nouvelle fois réservé pour ce tome 5 un certain nombre de parodies. Dans cet ultime volet, Godzilla, Terminator, Le petit Prince, Armageddon et le manga Please save my Earth y passent. Et n’oublions pas le pauvre chien Sparte, plus que jamais présent, et l’apparition dans le dernier chapitre de la mère de K, assez amusante elle aussi.

Ce dernier tome est à mon goût le meilleur des cinq. Le principal reproche que je faisais aux tomes précédents, à savoir le fait que l’auteur partait parfois un peu trop dans ses délires personnels et devenait du coup assez incompréhensible, est ici quasiment inexistant.
Les situations idiotes et les parodies s’enchaînent, on n’est jamais hilares mais on sourit souvent.
Au niveau des dessins, les réactions et mimiques du chat sont toujours aussi drôles, et les cases semblent moins vides.

Même s’il n’y a pas de fin à proprement parler, ce tome 5 tient donc toutes ses promesses, et nous fait passer un agréable moment, sans aucune prise de tête.