CRITIQUE Crimson Cross, Jusqu'à ce que la mort nous sépare

Ce one-shot n’apporte pas grand chose sur la légende de Van Hellsing ou même des vampires. L’histoire ici est trop courte et donc pas assez fouillée pour pouvoir passionner le lecteur. Les personnages avaient de bons potentiels mais à cause d’un scénario trop léger et survolé, on se retrouve avec une histoire sans début ni fin.

Le graphisme quant à lui est assez beau et le jeu des regards est vraiment bien rendu.

En bref, ce one-shot laisse un goût d’inachevé et est donc sans grand intérêt, même pour les fans de vampires et mythes du genre.

Dommage, ce one shot fait partie de mes futurs achats, bha je le prendrai peut-être quand même histoire de me faire un avis ^^

Ce one-shot reprend l’histoire du chasseur de vampires Van Helsing. Karl Van Helsing, notre héros, traque Eliot, le vampire qui a mordu son amie d’enfance Flora. Mais Eliot le mord à son tour, lui offrant ainsi la vie éternelle.

Cette histoire de lutte éternelle entre Karl et Eliot était prometteuse, mais en un seul tome, l’ensemble n’est malheureusement pas assez approfondi. Les personnages ne sont pas assez travaillés, à part les deux principaux protagonistes. Mais même avec ça, on s’attache très peu à eux. La narration et les dessins restent beaucoup trop classiques, et l’ennui pointe rapidement le bout de son nez pendant la lecture. Moi qui suis pourtant friand de ce genre d’histoire, je me suis vraiment forcé pour terminer ce one-shot.

En prenant également en compte le fait que la fin n’en est pas une, on constate qu’au final Crimson Cross laisse le goût d’une oeuvre pas assez développée et inachevée sur tous les points. Dommage, car le scénario aurait vraiment pu être intéressant.

perso j’ai trouvé l’histoire un peu courte il aurait été plus gai de lire cette histoire sur plusieurs tome car a la fin on a plein de question en tête qui nous laisse reflechir pendant longtemps