CRITIQUE Death Joke volume 2

Merci à Chris936 pour cette critique.

Deuxième tome de cette série qui, comme son titre le laisse entendre, parodie Death Note.
Les aventures de Larv et Puduk continuent donc à suivre grosso modo celles de Light et Ryûk. Q, l’alter-ego de L, prend de l’importance dans ce tome et est sérieusement décidé à mettre fin aux agissement de Kiri (comme le fromage).

Cette parodie est fort sympa pour peu qu’on apprécie le genre.
J’ai trouvé la première moitié de ce tome bien mais sans plus; souvent amusante mais rarement drôle.
Par contre, la seconde moitié est clairement un cran au-dessus. Avec l’apparition des renforts envoyés à Q pour l’aider à mettre la main sur Kiri, la série devient bien plus marrante. Ainsi, Q sera assisté par la bande des “yeux de chattes” et les Chevaliers du Zodiac (qui, bien sûr, feront leur entrée en…zodiac). La parodie de ces derniers est, je trouve, vraiment réussie et m’a bien fait marrer.

Le manga est rempli de clins d’oeil en tout genre (mangas, manhwas, BD…mais aussi films; ainsi, on retrouve dans ce tome Rénato et Albin du célèbre “La Cage aux Folles”). Personnellement, j’adore ce genre d’allusions qui pullulent carrément dans Death Joke. Ca rend la série très amusante à suivre pourvu qu’on comprenne un minimum à quoi on fait référence.

L’humour n’est pas aussi enfantin que ne le laissent penser les noms des personnages et, passé ce détail, on se surprend quand même à sourire à pas mal de moments.
Un tome 2 que je recommande. Il n’est pas cher du tout donc pourquoi pas tenter le coup?

Par contre, petit coup de gueule sur l’éditeur qui nous fait ici un travail on ne peut plus merdique. Plus particulièrement, il semble évident que personne n’a été fichu de relire ce tome pour vérifier un minimum l’orthographe avant de le commercialiser.
Conséquence : on se retrouve avec un tome de 160 pages qui contient, tenez-vous bien, pas moins d’une trentaine de fautes. Oui, une trentaine, vous avez bien lu; et le pire c’est que je n’exagère pas le moins du monde. Ca fait une moyenne d’environ une faute toutes les 5 pages.
Bravo les gars!