CRITIQUE Dites Moi que j'existe volume 2

Ce second volume est dans un rythme plus lent et un aspect nouveau de la personnalité d’Hajime nous le rend plus antipathique. Shôko quant à elle, doit jongler entre ses problèmes familiaux et ses cas de conscience. De plus l’arrivée, d’une nouvelle assistante pour le moins bizarre ne va faire qu’envenimer les choses.

L’évolution de la série se fait plutôt lentement, et on a un peu de mal à imaginer que le troisième volume sera le dernier. Enfin, ce manga reste toujours aussi original en nous montrant la vie d’une mangaka et les tranches de vie des personnes qui gravitent autour d’elle.