CRITIQUE Gantz volume 14

Le diplodocus fait de nombreuses victimes sur son passage. Malgré tous les dangers, Kei arrive à mettre fin aux jours de ce dinosaure.
Alors que tout semblait réglé et que nos amis commençaient à être transférés à l’appartement, les véritables adversaires arrivent : 4 hommes, très agiles et armés tuent 6 personnes en quelques secondes. Très bien renseignés, en 4 doigts, ils rendent inefficaces les combinaisons. Sont ils des vampires ?
Nos amis retournent à leurs « vies normales » et Kei retrouve sa bien aimée, Tae le thon.
Un flashback nous dévoile le passé familial de Kei, et sa relation avec son frère et ses parents.
En fin de volume, on a le droit à une révélation très importante qui aura un impact considérable sur le protagoniste principal. Le tome se finit sur un combat où Izumi affronte des envoyés des 4 vampires.

Toujours autant d’actions, de beaux graphismes, des personnages en apparence simples et charismatiques. Un scénario prenant, des ennemis grandioses. Bref Gantz c’est bon !
Excellent tome. Miam miam !