CRITIQUE Gantz volume 16

Un tome assez bouleversant. La mission prend fin et Kei est complètement désorienté. La seconde partie se concentre sur notre télékinésiste, Sakuraï et sur Daïzaemon Kaze. Le premier cité, cherche un moyen de se racheter. Il regrette d’avoir tué des hommes et consacre désormais sa vie à sauver les autres. Concernant Daizaemon, un petit garçon est victime d’infanticide, et voit en lui son « super héros protecteur ».
Une nouvelle mission débute. Cette fois ci c’est le martien ogre qu’il faut abattre.

Un volume véhiculant son lot de malheur : désespoir de perdre un être cher, infanticide… Des sujets bien traités malgré l’apparence. L’auteur continue de développer son protagoniste principal mais aussi Sakuraï, Daïzaemon, Izumi et Reïka. Un bon point.
Un tome marquant qui signe l’objectif final, visé par Keï. Le plus bouleversant des tomes. Excellent.