CRITIQUE Gantz volume 18

Malgré la souffrance et les difficultés, nos amis arrivent à vaincre les sbires vampires. L’un des chefs de ces mêmes vampires se dirige vers nos héros afin de les provoquer. Le combat s’enclenche et les Gantzers ont bien du mal à lutter. C’est alors que le duo le plus improbable se crée pour vaincre l’ennemi : Kei et Izumi.

Un tome qui concentre son énergie sur la force de la survie. Face à un danger incommensurable, 2 choix : s’immobiliser ou se battre quitte à mourir. C’est sur ce thème que Hiroya Oku mise tous ses efforts. Une belle orchestration, sans lourdeur. Certaines pages ne comprennent aucun texte. Devant un thème si fort, nul besoin de dialogue, les images parlent d’elle-même.