CRITIQUE Gantz volume 4

Notre ami Kei est sans combinaison face au nouvel ennemi, une sorte de robot : Tanaka. Nishi (celui qui a des informations sur Gantz) entame les hostilités en affrontant cet ennemi.
Malheureusement, il le paie de sa vie, emportant avec lui ses secrets, sauf un : en tuant des ennemis on acquiert des XP, et quant on en accumule 100, il semblerait que l’on redevienne libre…
D’après le radar, d’autres ennemis se baladent dans le périmètre. Nos amis partent à leur poursuite laissant Kei seul avec les deux yakuzas…mauvais plan, ces derniers le menacent, et il doit suivre leurs directives pendant que le reste de la team affronte les autres Tanaka. Les 2 yakuzas obligent notre héros à fouiller une maison. A l’étage, face à lui se dresse un Tanaka géant ressemblant à un oiseau…

Toujours aussi mystérieux ce manga ! Une façon de présenter les choses totalement différentes.
Une remarque que j’ai déjà souligner : la lenteur du récit.
Malgré l’épaisseur des volumes, ces derniers se lisent très rapidement, et l’histoire avance très lentement. A l’heure où j’écris ces lignes, 21 tomes sont sortis. Si les volumes suivants suivent ce rythme, on n’est pas prêt d’en voir la fin !