CRITIQUE Gantz volume 5

Les missions s’enchaînent. Dans le tome 5, on a droit à la fin de l’affrontement avec l’oiseau géant. Sur ce coup là, sans combinaison Kei fait preuve d’un grand sang froid. Sans oublier le facteur chance !
A la suite de cela, Gantz distribue les points en donnant un surnom à chaque survivant. L’occasion de relâcher la pression et de sourire, autant pour les protagonistes que pour nous, lecteurs.

Ce volume 5 est vraiment dans la continuité des opus précédents. On notera une petite rivalité qui s’installe dans l’esprit de Kei. En effet, Masaru apparaît clairement comme le chef de la troupe. Du coup, l’autre Kei (la fille), l’a en admiration, ce qui n’est pas du goût de Kei (le garçon).
J’attends une petite évolution de cette œuvre, ça ne serait pas un mal. A voir.