CRITIQUE La Légende de Sonhoku volume 3 (cote : 7/10)

Un 3ème tome somme toute assez semblable aux 2 premiers.
Le voyage continue et Sanzo, Songoku et leurs 2 autres compères continuent à braver tous les dangers et à affronter tous les démons qui leur barrent la route afin d’atteindre les Indes pour y recevoir les soutras sacrés.

Le dessin reste le même. C’est du Tezuka et, personnellement, je trouve que son style colle ici parfaitement avec l’histoire un peu fantastique et son univers enchanteur.
L’humour est présent et ponctue toujours l’histoire en restant efficace (ainsi, par exemple, Sanzo en danger, voyant que Songoku ne vient pas, appelle à la rescousse…Tezuka lui-même qui, armé de sa gomme, efface tous les monstres qui le menaçaient; j’ai trouvé ce passage assez drôle et c’est ce genre d’humour auquel on a droit durant toute la série).

Petit reproche tout de même : ça devient assez répétitif. Les combats sont toujours les mêmes et les ruses pour ce sortir des divers mauvais pas dans lesquels les héros tombent le sont également. Toujours pareil : au dernier moment, Songoku surgit de nulle part et était en fait transformé (c’est là un de ses principaux pouvoirs) en la chose à laquelle on s’attendait le moins. Bon, un tome ça va, 2 tomes ça va un peu moins mais au bout du 3ème, ça commence à lasser véritablement.

Bref, c’est assez bon malgré ce côté répétitif qui empêche vraiment une lecture d’un tome entier en une fois (les tomes font tout de même au moins 300 pages chacun).
Si ce n’est ça, c’est une série assez plaisante et qui a le mérite de nous raconter plus ou moins fidèlement (je pense) le très connu Voyage en Occident (enfin, connu sans l’être puisque, si tout le monde le connaît de nom, rares sont ceux qui en connaissent la trame de fond de manière approfondie).

edit: oui, il y a bien une faute dans le titre et “Songoku” s’écrit avec un “g” et non un “h”.