CRITIQUE La Réveuse volume 1

Après News boy c’est le tour de La rêveuse de sortir dans la collection Manhua de Casterman.
Ce premier volume nous plonge dans le monde bien à part de notre héroïne Li Mengling, un monde où les rêves de celle-ci deviennent réalité.
Côté scénario, il faut bien avouer qu’il n’y a pas grand chose et on est vite perdu dans les innombrables bulles et dialogues souvent superflus.

Bien que le dessin soit honnête, ce premier volume de la rêveuse n’a pas réussi à capter mon attention malgré un certain humour (plus ou moins drôle) et des personnages singuliers (le père de l’héroïne notamment).

On a l’impression que l’auteur n’a pas grand chose à raconter pour le moment et cela se ressent dans l’enchaînement des évènements qui peut laisser perplexe.
A noter également pas mal de fautes d’orthographe qui ne peuvent être ignorées tant elles sont surprenantes, ce qui est étonnant de la part de Casterman qui nous avait habitué à mieux dans leur label manga Sakka.

La rêveuse est une série qui démarre doucement et qui n’a pas de réel intérêt pour le moment. La lecture de ce premier volume se fait difficilement dans une certaine confusion. Décevant mais espérons que le deuxième volume me fera mentir.