CRITIQUE Lady Snowblood volume 1

Voici que débarque en France Lady Snowblood, le manga qui a inspiré la saga Kill Bill à Quentin Tarantino !

Le scénario de base, de l’illustre Kazuo Koike (auteur de Lone wolf & cub ou encore de Crying freeman), nous invite à suivre les aventures d’une jeune femme prête à tout pour retrouver ceux qui ont gâché la vie de sa mère. Une histoire de vengeance très bien menée, ponctuée par plusieurs scènes érotiques. Dans la préface, il est d’ailleurs précisé que Lady Snowblood est paru en 1972 dans l’édition japonaise de Playboy ! Ces scènes ne gâchent en rien le plaisir de lecture car elles sont bien intégrées au scénario, et ont leur utilité.

Le manga datant des années 70, les dessins ont donc pris un coup de vieux, mais si on n’est pas totalement rebuté par l’aspect vieillot, force est de constater que ça reste excellent et détaillé, et que certains fonds sont réellement magnifiques !

Lady Snowblood plaira beaucoup aux amateurs du genre, et peut-être aussi à d’autres qui auraient envie de s’écarter un peu de leurs lectures habituelles.
Mais ce manga n’est pas à mettre entre toutes les mains, au vu des plusieurs scènes érotiques.

Dans tous les cas, les 510 pages de ce premier tome sur les deux prévus justifient largement le prix de 12,50€.