Critique Lesson of the Evil 9

[Lire l'article sur Manga Sanctuary](http://www.manga-sanctuary.com/news/25691/critique-lesson-of-the-evil-9.html)

Bah, je remets ici ma critique… elle sera, probablement, mieux placé ici : “Lesson of the Evil” : j’avais aimé le premier chapitre. Mais, j’avais trouvé ; après, que cela manquait de subtilité et de finesse…donc, je n’ai pas acheté cette série.
Heureusement, car, la fin était décevante.

Selon, “mon” vendeur spécialisé manga : “C’était bien au début… mais “ça” s’est essoufflé”.

J’ajoute, que pour moi, la fin est brouillonne/bric-à-brac… De toute façon, une fin moins… “politiquement correct” aurait été mieux (mais, tout le manga aurait dû être meilleur).

Enfin, j’avoue que j’aurais aimé un “Silence des Agneaux” en manga. D’où, une grande déception.

Je ne trouve pas que la fin soit politiquement correcte justement. Ce n’est pas du tout une happy end… Même si Hasumi s’est fait arrêter, il a gagné. Je n’ai pas trouvé la fin brouillonne mais elle manquera de panache pour certains car il n’y a rien de tape à l’œil. Mais c’est sûr que si tu espérais un Silence des agneaux en manga, ce n’était pas le bon choix car pour moi cela n’a rien à voir.

Quoiqu’il en soit là je parle uniquement de ce dernier tome, je ferai une critique sur l’ensemble de la série bientôt.

Justement, il s’est fait arrêté…
Donc, justice, blabla, etc.

Même, si j’ai mis la barre très haut (trop, sans doute).
Ce manga aurait pu être mieux : plus de développement des “personnages” (aïe, quand je pense “personnages” ; c’est déjà mauvais signe [pour moi]), des motivations, des situations, etc.

la critique de Skeet est juste et je serai plutôt de son avis, je m’attendais aussi à un final avec plus de twists sur la fin, mais finalement l’approche réaliste qu’a choisie l’auteur m’a pas déplu pour autant au contraire, la série a une bonne conclusion, certes sobre mais pas incohérente et c’est déjà bien.
Et pour l’ensemble de la série, à part quelques longueurs sur les tomes 3/4 où on aurait aimé que les autres profs réputés pour être les autres “monstres” du bahut opposent un peu plus de résistance à Hasumi, il manque vraiment un ou plusieurs persos faisant office de réelles menaces ou d’antagonistes à Hasumi au début, les 2 élèves rebelles, qui sont les principales à s’opposer à lui étant un peu trop tendres pour l’inquiéter, mais sinon pas grand chose à reprocher à la série, surtout que la deuxième partie ( tome 5 à 9) rattrape le rythme parfois inégal des débuts avec un final haletant.

[quote=“lilianneterre”]
Ce manga aurait pu être mieux : plus de développement des “personnages” (aïe, quand je pense “personnages” ; c’est déjà mauvais signe [pour moi]), des motivations, des situations, etc.[/quote]

L’essentiel étant qu’on ait le perso d’Hasumi bien développé et bien construit et ça ça l’est indéniablement, on s’immerge dans sa folie et sa psyché de sociopathe au fur et à mesure de l’histoire, je vois pas le souci avec le fait que l’auteur ne s’attarde pas pas plus sur le développement de tous les élèves et de tous les profs, ça n’aurait fait qu’alourdir le récit (et puis y a que 9 tomes), quel autre personnage aurait dû mériter un développement plus important, les élèves, les profs, le policier :confused: ?

Mais tous auraient du être plus développés, hahaha!!

Ce qu’avec si peu de tomes, il était difficile de faire, il est vrai.
J’avais, d’ailleurs, “tiqué” ; lorsque, j’ai appris… qu’il n’y avait que 9 tomes (= trop peu, pour un développement peaufiné de toute une classe).

Plutôt, qu’un sociopathe… il n’était qu’un psychopathe.
Pas assez manipulateur, calculateur, maître de lui et intelligent.
Sa folie frisait un peu trop la stupidité ; en tout cas, elle ne m’a qu’irrité (pour ne pas dire ennuyé).

Bref, j’attends plus d’un manga… je préfère attendre un autre titre.

Je ne serai pas aussi dur que vous. Ce manga a été une bonne surprise. Si vous voulez du développement de personnages, relisez Death Note qui était excellent mais un brin trop bavard. Ici, Lesson of the Evil n’a pas la prétention d’être un grand manga, mais c’est simple à lire, sans prise de tête. En comparaison, j’attend beaucoup plus d’une série comme Ajin, qui n’avance finalement pas plus niveau développement des personnages malgré déjà 7 tomes et un statut de best seller.

Je n’ai guère aimé “Death Note”.
Dont, le départ était pourtant, aussi, prometteur.
Mais, j’attendais quelque chose de plus… politique.
Surtout, la “seconde partie” et la “fin” était trop “politiquement correct”.
La fin… était une fin : “à deux balles”.
Donc, je n’ai pas acheté les manga.
Mais, le grand “artbook” : “Blanc et Noir”.

Pour “Ajin” : j’ai de la peine, en particulier, avec le “héros” ; mais, je vais attendre la fin pour juger.

Enfin, pour : “Lesson of Evel” ; j’en attendais probablement trop, oui.

En fait, le problème est que les “mangaka” ne sont pas libres.
Ils sont trop dépendants, et sous pressions, de leurs maisons d’éditions, des modes de publications, de leurs fans, etc.
Mais, cela change(ra) peu à peu…