CRITIQUE L'Etrange Petite Tatari volume 5

Toujours le même schéma: Tatari est brimée par ses camarades de classe ou par ses professeurs, et leur lance alors une malédiction pour se venger.
Cela dit, quelques éléments tentent de relancer la série: Tatari arrive enfin à se lier d’amitié avec deux personnes, en l’occurrence un professeur et une élève de sa classe. De plus, l’apparition d’un nouveau personnage important pimente un peu le tout: Kakeru Noroi, un jeune garçon lui aussi capable de lancer des malédictions, et qui n’hésitera pas à faire souffrir notre jeune héroïne. Mais la déteste-t-il réellement, ou en est-il amoureux ?

Malheureusement, ces petits bouleversements n’arrivent pas à effacer le côté très répétitif du manga. Tatari est toujours pleine de bons sentiments, limite niaise, et les petites leçons de morale à certains moments sont assez mal amenées et, au final, indigestes.

Malgré tout, les différentes malédictions sont toujours aussi sympathiques à voir.