CRITIQUE Maison Ikkoku volume 3

C’est toujours avec le même plaisir que j’ai lu le troisième tome de ce manga devenu un classique.

Dans les péripéties au programme de ce tome, on notera principalement le départ de Yusaku de la Maison Ikkoku, suite à un quiproquo. Comment cela va-t-il se terminer ? La réponse dans ce même tome.

Ce manga mélange toujours avec autant de subtilité les sentiments et l’humour, et à chaque fois que Yusaku veut se rapprocher de Kyoko, les autres locataires, détestables et hilarants à la fois, sont là pour briser ses espoirs.

Bien entendu, Kozue et le rival Mitaka sont toujours là. On ne voit pas beaucoup Mitaka dans ce tome, mais plusieurs passages sont consacrés à Kozue, naïve mais attachante.

Les dessins de Rumiko Takahashi, même s’ils ont un peu vieilli, servent toujours parfaitement le scénario, et le découpage sous forme de petites bulles est dynamique.

Au final, ce tome est aussi bon que les 2 premiers, et offre une nouvelle fois son lot de quiproquos.