CRITIQUE Monster volume 4

Les femmes sont à l’honneur dans ce quatrième tome. Urasawa développe les personnalités de Mme Heineman et de Nina. On se rend compte d’ailleurs qu’elles sont à l’opposé l’une de l’autre, tel le blanc et le noir.
Le jeune Dieter malgré son age et sa petite taille, s’affirme et ressemble de plus en plus à son mentor, le Dr Tenma.
Des sujets graves comme le nazisme, la domination ou la schizophrénie, sont traités. Des thèmes durs mais exploités à leurs justes valeurs, sans choquer ni superficialité.
Un volume avec beaucoup d’agitation et d’actions, le tout accompagné de révélations très importantes.
Là encore, Urasawa nous délecte de son scénario riche en suspens.