CRITIQUE Negima ! 12

Suite du tournoi d’arts martiaux de Mahora dans ce volume en grande partie consacré aux combats.

Rien de bien folichon, l’issue de la majorité des combats est prévisible, et on a l’impression que Ken Akamatsu rallonge l’ensemble. Tout ça n’a rien de très passionnant… jusqu’à l’affrontement opposant Setsuna et Evangeline. Ce sera l’occasion d’en apprendre un peu plus sur ces deux demoiselles, et de découvrir une Setsuna plutôt touchante.
Un nouveau personnage fait également son apparition dans ce volume: le très mystérieux Sanders… qui est-il réellement ?
On apprendra également le but de la mystérieuse Tchao, organisatrice du tournoi. Là aussi, Ken Akamatsu semble faire dans la facilité, tant c’était prévisible.
Le scénario pourrait vraiment être passionnant, mais entre les mains d’Akamatsu, il devient de plus en plus un truc lourdingue.

Visuellement, on retrouve la “touche Akamatsu”: pour le bonhomme, toutes les occasions sont bonnes pour mettre ses jeunes héroïnes en petite tenue. Et au bout d’un moment, c’est vraiment très indigeste. A part ça, le coup de crayon du mangaka est toujours aussi soigné.

Heureusement que les derniers chapitres sont là pour sauver ce volume qui m’a globalement ennuyé. En espérant que la suite relève le niveau.

J’étais pas sur de prendre ce tome 12… ton avis plus que mitigé me conforte dans cette idée.
Au début, ce manga était très enthousiasment mais depuis quelques tomes ça devient répétitif et un peu lourdingue comme tu l’as dit.

Je pense que je vais attendre les sorties des prochains tomes et les critiques qui iront avec pour voir si je vais poursuivre ce manga…

J’aime bien ce tome 12, mais c’est vrai que ces combats prennent beaucoup trop de volume.
vivement que se soit fini et que sa passe sur quelque chose de plus intéressant. Un des seul truc que j’aime bien dans se tome, c’est les quelque petites “révélation” !

oui, je pense la même chose, les combats étaient un peu lassant,heureusement 2_3 revelation du passé d’asuna ont rendus le tome plus interressant.