CRITIQUE Noritaka volume 13

Suite et fin du combat opposant Noritaka Sawamura à Kirawea, le sumotori. Comme d’habitude, notre ami met en pratique ce qu’il a fraîchement acquit lors de son entraînement.
Après ce combat, Sawamura, part à la recherche de son nouveau sensei, afin qu’il lui enseigne le kenpo « fantôme » ! (La seule façon de battre Chen). Entraînement de fous : massages sur des vieux en maison de retraite, nettoyage de bains publics, et creuser des trous à la pointe des doigts.

Quelle répétitivité ! Heureusement que l’on se marre bien sinon on se lasserait rapidement. Noritaka est un bon shonen, malgré le manque flagrant d’idées novatrices afin de relancer l’intrigue principale.