CRITIQUE Noritaka volume 15

Un tome qui change des précédents ! Pourquoi ? Car pendant la moitié de ce tome, on met les combats de côté et on profite des protagonistes principaux et de leurs rapports les uns avec les autres (c’est surtout un prétexte pour enchaîner gags et boutades !) Notamment le chapitre concernant la relation entre Tchan-Poua et l’horrible thon sur pattes : Asano (copine de Nakayama).
Second point à noter, la mise en avant des combats : l’approche est différente et bien plus travaillée. Ca fait plaisir !

Ce quinzième volume commence par la fin du combat opposant Noritaka à Chen. S’ensuivent 3 chapitres de détente. Et enfin, le départ de tous nos amis pour Los Angeles…sauf pour Sawamura qui fait n’importe quoi et qui se retrouve à New York ! Se perdre ne lui suffit pas. Il fait de mauvaises rencontres et s’apprête à se taper contre Rayban le bras droit de R.D.

En espérant que les 3 tomes restants soient toujours aussi drôle et conservent les innovations de ce tome.