CRITIQUE Noritaka volume 9

Déjà le tome 9 ! Noritaka continue son ascension martial en se préparant à affronter le terrible russkov : Goraev ! Après une tentative de rapprochement amical, qui s’avère être un pur fiasco, notre ami n’a pas le choix : s’entraîner durement pendant un mois afin d’avoir un minimum de chance de survivre face à ce tueur communiste !
Pour l’occasion, l’ancien adversaire de Sawamura (devenu son ami) Ken le capitaliste américain, revient au Japon pour briefer notre héros.
On dépasse les frontières du kickboxing de départ. Noritaka complète son art de vaincre avec des techniques de Shudo, de Koppo et de Capoeira.

Scénaristiquement Noritaka ne se renouvelle pas. Les combats s’enchaînent, les nouveaux adversaires aussi. L’auteur en oublie presque l’objectif original de Sawamura : sortir avec Nakayama !
Cependant, la lecture n’est pas ennuyeuse pour autant. Les gags sont toujours légions, malgré une répétition flagrante.