CRITIQUE Paranoia Agent

Etant un amoureux incontesté du travail de Kon Satochi, mon avis ne fera forcement pas l’unanimité. J’essaierais tout de même d’être le plus draconien que possible dans ma critique.
A première vue, la touche de Satochi et les marques de sa collaboration avec Madhouse sont flagrantes, un plaisir pour les sens. Et malgré son aspect Kawaï ou Tranche de vie, la série n’a rien d’ordinaire. C’est ce que j’appellerais une production prototype, du jamais vu auparavant. Un genre de Seinen - Thriller Psychologique dans un conteste très réaliste (le Tokyo Actuel). Mais si seulement c’était aussi simple ! Notre réalisateur de génie y ajoute une touche de magie, une autre de fantaisie, et une dernière surnaturelle. Le spectateur ballotté, perturbé, dépassé ne comprend finalement plus rien jusqu’au dernier épisode où tout s’éclaire sans pour autant répondre à toutes ses questions. Il dresse un tableau où il montre que la société actuelle est facilement influençable, que la paranoïa des masses est si facile à recréer et que l’homme est un loup pour son frère. Ce qui aurait donné un chef d’œuvre, si ça n’avait été le relâchement de la série et certains passages à vide.
Une expérience à vivre cependant, au moins une fois dans sa vie.