CRITIQUE Rainbow 9

L’attitude de Baremoto est pitoyable mais compréhensible. Le sujet du « premier amour » est traité avec beaucoup de délicatesse mais aussi avec extrémisme (vu la situation de la demoiselle, notre ami ne pouvait faire autrement !).
Une fois de plus, on retiendra l’extraordinaire amitié entre nos différents protagonistes, qui repêche un Baremoto plus bas que terre.
La seconde partie se tourne vers Suppon le petit râleur de service et son ambition professionnelle. En plus de cela, il semblerait qu’un éventuel problème se présente à lui dans le tome à venir…

Un tome bouleversant. On a vraiment de la pitié pour le binoclard du groupe. On le trouve pitoyable, mais on comprend ce qu’il a pu ressentir (enfin ceux qui ont connu un premier amour). Le premier amour est toujours fort et inoubliable. C’est exprimé à sa juste valeur.
Suppon a de belles opportunités et est un personnage fédérateur de l’amitié entre nos 6 amis. Un protagoniste bien travaillé et irremplaçable au récit.

Il est dommage que George Abe n’est pas encore développé Biceps en 9 volumes…On découvre ces héros petit à petit, mais ce dernier reste toujours en touche. Pourquoi est il aussi secret ?!