CRITIQUE Rainbow volume 4

Après 3 tomes mouvementés, forts en émotions, ce 4ème volet de Rainbow relâche la pression. Cela nous donne l’impression qu’il ne se passe pas grand-chose. Mais en effet, ce n’est qu’une impression.
Ce volume joue la carte de la douceur contrairement aux autres qui sont basés sur la souffrance et la violence. L’introduction du personnage féminin en est la raison principale.

Chose inespérée dans Rainbow : une histoire d’amour naît. Cet événement est à peine exploité pour le moment. Mais il y a fort à parier que l’auteur use de cet élément pour mettre en avant, les sombres desseins d’Ishihara, le geôlier pourchassant Anchan.

Mario est particulièrement à l’honneur. On suit ses durs débuts dans le monde de la boxe. En fin de tome, mauvaise nouvelle concernant Suppon.

Malgré un relâchement de pression, on sent que l’auteur prépare un tome 5 particulièrement dur et mouvementé.
Un tome un peu en dessous des 3 premiers, mais qui permet de respirer un peu. Ce n’est pas un mal, bien au contraire !