CRITIQUE RG Veda volume 5

Karura-ô dépérit. La fin dramatique de sa petite soeur l’a affectée au plus haut point. Kendappa-ô tente de lui remonter le moral. Mais qui est réellement la divine joueuse de harpe ? Certainement pas l’amie de Tamara, qui est jalouse au plus haut point de son talent et de l’affection que lui porte le doux prince Ten-ô. Loin de réaliser la force des sentiments du prince, Kendappa-ô songe à Soma, sa meilleure amie, qui a perdu toute sa famille dans un bain de sang et poursuit son périple en compagnie de Yasha-ô. Ils devraient être rejoints par Karura-ô qui a subi une ultime humiliation de la part de Taishaku-ten.

Ce tome met en avant le personnage de Karura-ô, et Ashura et Yasha sont ici très peu présents.
Soma et la mystérieuse Kendappa-ô sont également au premier plan dans ce volume, ainsi que le prince Ten-ô, et on en apprend un peu plus sur ces personnages et leur relation.

Tout en continuant de développer les personnages (il y en a beaucoup, mais le manga n’étant plus aussi confus qu’au début, on arrive mieux à les cerner), ce cinquième tome fait avancer l’histoire, avec l’arrivée d’une nouvelle étoile. Les Clamp ont bien dosé ces deux éléments, et ce tome 5, toujours servi par des dessins fins et détaillés, est à mon avis le meilleur depuis le début de la série.