CRITIQUE Sidooh volume 5

Quelle joie de lire Sidooh, retrouver cette atmosphère si lourde mais si appréciable…

Le cinquième volume met Mozu à l’honneur. En effet, la belle assassine se porte volontaire pour s’infiltrer dans le navire noir et le détruire en y mettant le feu. Après une infiltration réussie, Mozu se fait attrapée. Pendant ce temps, le reste de l’équipe du Byakurentaï s’infiltre à son tour. Il est temps de faire jaillir le feu et le sang…

Un vrai régal cette série ! Un graphisme atypique mais séducteur parfaitement adapté à l’ambiance du manga. Côté scénario, ça avance doucement mais sûrement. On a le plaisir de faire plus ample connaissance avec la séduisante Mozu, la seule femme de l’expédition du Byakurentaï.
Un bémol tout de même, la vitesse de lecture : Peu de dialogues, une moyenne de 20 minutes pour lire un volume. La minute est onéreuse ! (8.95 € le tome).