CRITIQUE Survivant volume 3

Le discours de Takao Saito tend à démontrer que l’humain s »est trop civilisé et a perdu le contact avec la nature, au point de ne pouvoir lui survivre. Le décès d’Akiko est à ce titre exemplaire : trop civilisée, la jeune femme ne peut de nourrir ou se protéger efficacement contre la maladie.

Bien entendu, ce volume comporte, comme à chaque fois, des moments pédagogiques de la survie en milieu hostile : on y apprendra une autre façon de faire du feu et une méthode nouvelle pour attraper des poissons, ou construire un radeau.

Survivant demeure ainsi cette œuvre extraordinaire, qui réussit à nous distraire par une histoire vivace aux multiples rebondissements, tout comme elle apporte savoir, connaissance et réflexion au lecteur qui l’aborde.

Ouh mano, le beau spoil au sujet d’Akiko (même si on pouvait s’en douter) :smiley: je serais toi, j’éditerais le message pour mettre ça entre des balises spoils et dans une autre couleur :stuck_out_tongue:

Sinon, parfaitement d’accord avec ta critique, Survivant est un manga passionnant, original, intelligent et même éducatif (c’est un vrai manuel de survie, mine de rien ^^), le tout porté par des dessins intemporels.

Il faut le redire: Survivant, c’est du très très bon, un véritable classique, une oeuvre qui mériterait d’être beaucoup plus connue en France :slight_smile: