CRITIQUE Survivant volume 6

C’est toujours avec un grand plaisir que je lis ce véritable petit manuel de survie.
Les péripéties de Satoru continuent. Une fois de plus, il perd un ami, mais en trouve un autre, un chiot attachant. Notre héros se retrouve souvent destabilisé (par exemple, en croisant le chemin d’une chienne qui semble être celle qui appartenait à sa famille), mais un peu plus débrouillard à chaque fois. A travers tout ce qui lui arrive dans ce monde ravagé par les catastrophes naturelles, Takao Saito nous livre une fois de plus toute sa sagesse et son savoir. Que ce soit de la psychologie humaine ou animale, des indications sur les vertus de telle plante, ou encore des façons originales d’attraper du poisson… tout y passe, sans jamais nous ennuyer, grâce à un scénario toujours riche en rebondissements. Du très grand Takao Saito.