CRITIQUE Ushijima volume 2

Ushijima enchaîne avec un 2ème volume encore plus noir que le premier.
Dans ce tome, notre usurier favori va se retrouvé mêlé dans des affaires de plus en plus dangereuses.
Dès qu’on joue avec l’argent, il faut s’attendre à se frotter à des personnes peu recommandables voire dangereuses.

Le rythme ne faiblit pas dans Ushijima et l’auteur paraît ne pas avoir de limites scénaristiquement parlant.

Je pense qu’il serait appréciable que dans les volumes qui suivent, on ait droit à un petit flashback sur le personnage principal pour voir comment il est arrivé dans le milieu et surtout comment il s’est fait une réputation.

Ushijima est réellement une bonne surprise dans ce label Dark Kana.

une série qui a vraiment l’air intéressante décidément, mais je me demande quand même si j’apprécierais ce côté trop anti-héros et finalement bad boy du personnage principal.

Bad boy est un mot faible en plus lol Mais c’est pas lui le pire dans le milieu…

arf, ce sera peut-être plus pour Sephi alors, parce que je pense avoir trop de mal à m’attacher aux personnages si il n’y a pas un côté “humain” qui en ressort!

j’ai lu, et c’est toujours aussi bon, même si je le trouve quand même moins trash que le 1er volume, qui nous montrait vraiment la déchéance humaine, alors que ce volume se concentre essentiellement sur la guéguerre entre ushijima et son nouveau protégé.

J’ai préféré ce tome vu qu’il se concentre sur une seule et unique histoire . Même s’il est moins trash que le premier, il reste le passage où le jeune veut prendre des photos de sa mère pour qu’elle puisse rembourser l’argent qu’elle doit (si j’ai bonne mémoire) . On reste tout de même dans une ambiance assez malsaine …

Oui, moi je les ai trouvé aussi trash l’un que l’autre !

Du meme avis que Hikaru, moins trash à première vu, mais je pense (et j’espère) que la nature de Ushijima va ressortir.

J’ai autant apprécié ce second tome que le premier et j’attends impatiement la suite… et quand à la nature humaine(côté bon) de Ushijima elle se manifeste avec les lapins il me semble. En plus j’aime bien cette image : avoir plus “d’affection”, de “considération” pour des animaux (en l’occurrence des lapins) que pour des êtres humains.