CRYOZONE t.1-2 (Thierry Cailleteau / Denis Bajram)

Discutez de Cryozone

Denis Bajram avait fait un essai sur Aquablue. Il n’a pas été retenu, mais cela lui a valu de faire cette histoire de zombies dans l’espace, et donc d’accéder à une visibilité qui lui a permis de faire de plus grandes choses par la suite.

Jim

Ah, c’est un one-shot. Je le note …

Un diptyque.
Hop, je vais préciser.

Jim

Récit de SF ayant l’idée ingénieuse de placer le thème du zombie dans un contexte futuriste (une combinaison désormais bien usée mais à l’époque assez innovante), Cryozone marque les débuts de Denis Bajram dans la “cour des grands”.

Cryozone1Cover

Pour rappel, il venait de faire un essai pour Aquablue, et si cette tentative n’a rien donné de probant, elle lui a permis de rencontrer Thierry Cailleteau, le scénariste d’Aquablue (et de Fuzz & Fizzby, que je recommande) et donc de se lancer dans cette aventure.

CryozonePlanche1

Dans un vaisseau plein de colons, le système de cryogénie s’avère défectueux, et les passagers, une fois réveillés, se comportent d’une manière qu’on qualifiera d’agressive. Cela donne lieu à des courses-poursuites dans les coursives et à une construction en huis-clos, avec de bonnes grosses scènes de baston.

CryozonePlanche2

Ce qui frappe, c’est surtout la capacité de Denis à livrer des décors à la fois crédibles et fouillés. Ses décors s’avèrent ambitieux et vertigineux, même après les dégâts et destructions subis au fil du récit, qui dénudent la structure et laisse voir la cohérence avec laquelle ils ont été pensés.

Pour la petite histoire, la planche présentée ci-dessus est riche de référence. Dans la dernière case, par exemple, figure le plus grand scénariste de France (1m98), j’ai nommé Alex Nikolavitch. Il n’est pas le seul à faire de la figuration, puisque, dans la case 2, c’est Denis Boyer, rédacteur en chef du magazine musical Feardrop, qui reçoit une arme. Et celui qui la contemple d’un air perplexe, c’est l’humble signataire de ces quelques lignes, détail aussi amusant qu’ironique quand on sait que je suis le seul à avoir fait mon service militaire et donc tenu ce genre d’ustensiles.

CryozonePlancheVaisseau

Le diptyque, qui connaîtra une édition intégrale, attirera sur Denis l’attention du public, de la critique et des éditeurs, et ouvrira la voie à Universal War One.

Jim

Tu avais des cheveux à l’époque ? Ou c’est Ultimate Jim Lainé ?

Je me contenterai de te répondre : GNAGNAGNA !

Jim

Ah ouais, c’est de la vraie SF …

Je me faisais une réflexion du même ordre, mais plutôt du style “le temps passe, et ça se voit sur le crâne des hommes” : Alex aussi avait un peu plus de cheveux…
Cela dit, je mets également plus de temps qu’il y a vingt ans à laver mon front… Le temps est un assassin capillaire.

Tori.

Ou alors tu es moins rapide !

Avec voyage dans le temps et tout !
:wink:

Jim

Mais tu en gagnes à te brosser les cheveux.

Jim