CTHULHU (Buscaglia / Breccia, d'après Lovecraft)

Discutez de Cthulhu

Les créatures lovecraftiennes sont indicibles. En gros, le langage de l’homme, mais aussi ses concepts et ses perceptions, sont impuissants à représenter les grands anciens et autres divinités d’un autre monde. Alan Moore, dans une nouvelle écrite pour sa Ligue, dit de ces créatures qu’elles sont non euclidiennes.

Couv_259224

La rencontre entre Breccia et Lovecraft, à bien y réfléchir, tombe sous le sens. En effet, les différentes techniques employées par le maître argentin, y compris des collages de surfaces texturées, restituent à merveille le caractère étranger des créatures et des ambiances.

PlancheA_326396

Après une édition chez les Humanoïdes Associés en 1978, c’est désormais Rackham, depuis 2004, qui édite ces adaptations des nouvelles du reclus de Providence. La succession des récits constitue une sorte de tourbillon halluciné, en dépit du fait que le noir & blanc pourrait rassurer : au contraire, il étouffe.

Couv_326396

Jim

Euh, c’est bizarre, d’appliquer ça à une créature O__o
Remarque, ça renforce le côté étranger et indicible.

Tori.

En fait, qu’elles viennent d’un univers non euclidien, et en partagent donc les caractéristiques, ce qui les rend difficile à percevoir pour nos sens qui, en retour, nous plongent dans la folie à force de tenter de les “interpréter”.

Jim

Lovecraft parle souvent d’objets ou monuments à la géométrie non euclidienne dans ses nouvelles mais je n’ai pas de souvenirs qu’il qualifiait des créatures de cette façon… Ça me paraît même curieux.

Ajout : j’ai mal lu, c’est Alan Moore qui les qualifie de cette façon. :sweat_smile:

Oui oui. Je crois que c’est dans “Allan and the Sundered Veil”, le texte qui accompagne le premier recueil de League of Extraordinary Gentlemen. Mais je peux confondre.

Jim