DAREDEVIL #1 (Chip Zdarsky / Marco Checchetto)


(Marko) #21

L’interview de Zdarsky et Checchetto :

Chip Zdarsky: He’s trying to prove himself. That he can do the job. I’ve always loved the various tonal takes on DAREDEVIL, but for this run I’ve decided to really go deep on the realities of being a vigilante in this world. Out of all the main Super Heroes, Daredevil has felt like the one you could do that with. I don’t care to see a “reality-based” Fantastic Four (though as I type that I remember how much I loved UNSTABLE MOLECULES. The exception to prove the rule!), but I love the idea of a reality-based DAREDEVIL.

Marco Checchetto: I felt in love immediately with Chip’s script. It’s in pure Daredevil style. We love the same stories and characters and we have a similar vision for this series, how Matt has to look and his costume for example, or the page layouts. I like his storytelling – it’s very simple to work on his script, it’s all perfect and measured. It’s a joy when you can work with writers like him. The fact he is an artist too can help to find some visual idea. Chip did the first teaser of the series for example.

Source : https://www.marvel.com


(Le Doc) #22

Les couvertures des 3 premiers numéros par Julian Totino Tedesco :

daredevil2

daredevil3

Source : www.comicscontinuum.com


(Marko) #23

L’interview de Zdarsky & Checchetto (+ un premier aperçu des intérieurs) : https://www.cbr.com/daredevil-interview-zdarsky-checchetto/

Zdarsky : I had lunch with Charles early on in the planning, and I made a joke about how the previous Daredevil writers always try to fuck over the incoming writers with cliffhangers. That’s when he told me he was “killing” Daredevil, and I immediately regretted making my joke.

Checchetto : I’m really working on this series with my heart, thanks to Chip’s story and the help of my editors, Devin and Lauren. I’m referring to the atmospheres of the Miller/Mazzucchelli/Nocenti/Romita/Quesada years.

Source : https://www.cbr.com


(Le Doc) #24

La couverture variante du #1 par Alex Maleev :


(Oncle Hermes) #25

“Intense, brutal, but full of heart”: telle sera la note d’intention du run de Zdarsky selon les mots de son éditeur Devin Lewis à la fin du numéro. Et ma foi, après lecture de celui-ci, ça résume plutôt bien.

Zdarsky se place dans la continuité narrative directe du run de Soule et de la mini-série transition Man without Fear de McCay, semant çà et là quelques allusions — on appellera ça une marque d’élégance, dont Soule lui-même s’était bien gardé. Donc, un Hell’s Kitchen crapoteux, le Caïd à l’hôtel de ville, la chasse ouverte aux super-héros, et un DD à l’identité secrète puisque le-run-de-Waid-n’a-pas-eu-lieu, mais physiquement et moralement diminué par un match retour avec un camion, et pour tout dire plutôt à la dérive.

En résulte un numéro coup de poing à plus d’un titre. Pessimisme et violence sèche. Zdarsky coche pour ainsi dire toutes les cases attendues sur le perso : les rapports à la loi, à la foi, à la violence, voire à une certaine tendance à l’auto-dépréciation / auto-destruction. À défaut d’être renversant (comme avait pu l’être l’ouverture de… bon vous avez compris), il affiche en tout cas le fait qu’il a réfléchi aux bases du perso, ce qui est toujours bon à prendre — d’autant que la qualité est au rendez-vous.

Les dialogues — copieux quand il faut, effacés à d’autres moments, avec un sens de l’équilibre d’une grande sûreté — sonnent juste, la caractérisation s’annonce fouillée, et Checchetto nous en met plein les yeux (le travail de coloriste de Sunny Gho est aussi à saluer, d’ailleurs), l’artiste étant aussi à l’aise dans les scènes intimistes que dans l’action. On sent une vraie synergie entre le scénariste et le dessinateur, avec des idées qui posent tout de suite visuellement certaines choses, certains rapports de force par exemple, et dont je serais bien en peine de savoir lequel des deux il faut créditer pour cela.

Bref, quand ça castagne, ça tape, et quand ça parle, ça touche.

On n’est pas parti pour retrouver un DD un tant soit peu souriant, mais on est peut-être parti pour une des meilleures séries du moment.


(Ben Wawe) #26

Oui, complètement.
Chip Zdarsky a eu la lourde tâche de reprendre Daredevil, après une mini-série de bilan/reconstruit dont je n’ai pas réussi à dépasser le #1, et le run de Charles Soule, que je n’ai pas lu. Et si l’auteur m’avait convaincu dans la caractérisation et les dialogues de Marvel Two-In-One, le fond de ses intrigues ne m’avait pas forcément plu ; j’étais donc un peu prudent, même si je demeurais intéressé.
Après ce Daredevil #1, mes doutes s’envolent : comme ça a été dit, tout est bon ici, tout est fort et pertinent… même si on revient dans le “coeur” de Daredevil depuis que Frank Miller l’a recréé, clairement.
Zdarsky a la politesse, oui, de reprendre les éléments de la mini-série récente et de Charles Soule, pour poursuivre dessus ; un peu, finalement, comme Brubaker qui avait suivi les pistes lancées par Bendis. Zdarsky en profite pour montrer un Matt qui s’est relancé, se pense prêt à tout reprendre… mais qui ne l’est pas, en fait. Lent, fatigué, perturbé, il est loin d’être à la hauteur, et ça se sent dans ce numéro.
Alternant avec des flashbacks classiques mais cohérents, le scénario est sec, brutal ; peu bavard, mais efficace. Ca fonctionne complètement, c’est “exactement” ce à quoi on peut s’attendre et espérer d’une série Daredevil. Et ça me va, vraiment.
En parallèle, Marco Checchetto livre de très jolies planches, qui construisent une ambiance totalement adaptée au scénario, et à sa “lourdeur”. Ca ne rigole pas, ici, c’est encore une fois sec et presque désespéré… mais ça fonctionne, complètement.
Une belle réussite - bien que finalement très “classique” dans l’approche de Daredevil ; mais, encore une fois, ça ne me gêne pas. Vivement la suite !


(Blackiruah) a scindé ce sujet #27

3 messages ont été fusionnés dans un topic existant : MARVEL (Général)