DC UNIVERSE HOLIDAY SPECIAL 2017 (Collectif)


(Le Doc) #1

DCHSP17_Cv1

DC UNIVERSE HOLIDAY SPECIAL 2017 #1

Written by Max Landis, Jeff Lemire, Dennis O’Neil, Tom King, Greg Rucka, Joshua Williamson, Shea Fontana, Christopher Priest, Various
Art by Francis Manapul, Neil Googe, Otto Schmidt, Bilquis Evely, Rafael Albuquerque, Steve Epting, Various
Published by DC Comics
Release Date: December 6, 2017

DC Comics’ finest talents have assembled to bring you a holiday special like you’ve never seen before! Join Superman, Wonder Woman and the Flash as they deliver powerful messages of hope like only The Worlds Greatest Super-Heroes can! Plus: Sgt. Rock fights the Nazis on Hanukah, the Teen Titans take on the literal ghost of Christmas past, and Swamp Thing battles that creeping feeling of existential dread! And don’t miss the legendary Denny O’Neil’s return to comics with an all-new Batman story!

Premier aperçu :

Wonder-Woman-Story-pg4

Wonder-Woman-Story-pg5

Wonder-Woman-Story-pg6

Source : www.comicosity.com


(ALEXA) #2

Décidément j’aime beaucoup le coup de crayon (et de pinceau) de Bilquis Evely.


(KabFC) #3

moi aussi, très joli.


(Le Doc) #4

Un aperçu de l’histoire courte du Sgt Rock au sommaire du DC Universe Holiday Special. Par Tom King et Francesco Francavilla.

SGT-Rock-Story-Page-1-580x882

SGT-Rock-Story-Page-2-580x882

Source : www.13thdimension.com


(Le Doc) #5

Un aperçu de l’histoire courte de Dennis O’Neil et Steve Epting :

Source : www.cbr.com


(Le Doc) #6

Un aperçu de l’histoire de Dan Didio et Matthew Clark avec les Atomic Knights :

Source : www.doomrocket.com


(Le Doc) #7

Nouveaux extraits avec des pages tirées des histoires de Flash par Neil Googe et Green Arrow par Phil Hester (via multiversity comics et comics beat) :

timthumb

timthumb (1)


(Le Doc) #8

DC UNIVERSE HOLIDAY SPECIAL 2017

(W) Greg Rucka, Tom King, Dennis O’Neil, Jeff Lemire, Max Landis, Christopher Priest, Shea Fontana, Joshua Williamson (A) Steve Epting, Rafael Albuquerque, Bilquis Evely, Otto Schimdt, Neil Googe, Francis Manapul (CA) Andy Kubert
DC Comics’ finest talents have assembled to bring you a holiday special like you’ve never seen before! Join Superman, Wonder Woman and the Flash as they deliver powerful messages of hope like only The Worlds Greatest Super-Heroes can! Plus: Sgt. Rock fights the Nazis on Hanukah, the Teen Titans take on the literal ghost of Christmas past, and Swamp Thing battles that creeping feeling of existential dread! And don’t miss the legendary Denny O’Neil’s return to comics with an all-new Batman story!
RATED T
In Shops: Dec 06, 2017
SRP: $9.99

Source : www.comicsbeat.com


(Ben Wawe) #9

Parce que c’est la période et que je suis curieux de ce type de comics, j’ai lu le DC Universe Holiday Special 2017, qui rassemble onze petites histoires normalement en lien avec Noël. Si l’ensemble est par principe inégal, la lecture en fut néanmoins très agréable.

On commence par The Reminder part 1 de Jeff Lemire et Giuseppe Camuncolli, où la veille de Noël John Constantine rôde dans un fameux bar de Metropolis, son cynisme en guirlandes - et rencontre un Clark Kent plutôt résigné, blasé, en plein doute ; un célèbre barman tente de lui remonter le moral, notamment en axant sur la présence d’un Superman. Récit simple et correct, qui prend de l’intérêt dans sa conclusion en fin de numéro.
Vient ensuite Twas the night before Christmas de Denny O’Neill et Steve Epting, intrigue également très simple mais agréable sur Batman qui empêche un meurtre. Un peu de morale, un peu de fantastique, un peu d’esprit de Noël, et un dessinateur en forme avec une page mémorable - simple mais efficace.
Il y a après You better think twive où Mairghread Scott permet à Phil Hester de retrouver notamment Green Arrow et Black Canary, sur une action de Noël où Ollie convainc Dinah de l’intérêt de faire croire et espérer les orphelins en cette période. Une nouvelle fois simple, mais totalement dans l’esprit, fun, rigolo même, et revoir G.A. par Hester suffisait déjà à me plaire.
Arrive alors Going down easy ! de Tom King et Francesco Francavilla, récit sombre et dur sur le Sergent Rock, et surtout sur un duel abominable entre un Américain et un Allemand dans la neige. Sûrement l’histoire la plus terrible et puissante, mais aussi la plus déconnectée de la période des fêtes et de Noël ; bien, vraiment, mais un peu hors-sujet.
Suit Hope for the holidays de Joshua Williamson et Neil Googe, où Flash fait une nouvelle fois preuve de son goût pour les autres et de son espoir infini, en aidant des voyageurs bloqués par la neige à rentrer chez eux. Très simple, mais très dans l’esprit du personnage, avec un final touchant avec Wally ; sûrement l’histoire la plus à-propos du magazine, juste belle et pure.
Christopher Priest et Tom Grummett nous livrent A Wilson Christmas family, un récit sur Deathstroke qui prouve son amour pour sa famille avant les drames qui vont les séparer. Pas mal, un aspect intéressant du personnage, et un Grummett plus sobre que d’habitude, donc plus agréable pour moi. Il n’empêche qu’un Slade “gentil” comme ça peut surprendre.
Driver’s seat de Max Landis et Francis Manapul est un superbe récit sur l’amour entre Loïs et Clark. Outre la beauté terrible des dessins (le Superman est magnifique), il y a une attention simple et pure d’un amoureux à sa dulcinée ; vraiment beau et touchant, voici le Super-couple que j’aime.
Dan Didio et Matthew Clark mettent en avant les peu connus Atom Knights dans Silent Night, un récit post-apocalyptique obscur pour qui ne connaît pas les personnages. Cette histoire d’arbre de Noël n’a rien de désagréable, mais ne m’a pas touché par ma méconnaissance des héros ; dommage.
Holiday spirit de Shea Fontana et Otto Schmidt montrent les Teen Titans face aux forces sombres de Noël, avec un sauvetage de Starfire qui ne dispose d’aucun souvenir des fêtes, donc aucun mauvais souvenir à utiliser. Simple mais efficace, avec une bonne dynamique pour ce groupe que j’apprends à apprécier.
Swamp Thing apparaît dans l’étrange The echo of the abyss de Scott Bryan Wilson & Nic Klein, avec un aspect graphique superbe mais un récit un peu téléphoné et mal conçu. L’idée de base, redonner espoir chez des astronautes qui voient le monde se déchirer, n’est pas mal, mais c’est vraiment mal réalisé.
Solstice de Greg Rucka et Bilquis Evely montrent les liens entre Wonder Woman et Batman, et construit encore la relation privilégiée entre eux, qui doivent lutter contre leurs ténèbres pour permettre aux lumières de vivre dans leurs mondes. Bien fait, bien réalisé, bien écrit, ce petit récit est anecdotique mais très agréable, dans sa compréhension des personnages.
On finit par The Reminder part 2, où Clark finit par l’emporter sur les doutes qui l’agressent une fois par an, réduit le cynisme de Constantine et l’invite même pour un repas de Noël. Joli conte, efficace, qui boucle le numéro et m’a fait finir sur un sourire.

En définitive, DC Universe Holiday Special 2017 donne ce qu’on attend (des récits positifs de Noël, hormis le beau mais hors-sujet sur le Sergent Rock), est évidemment inégal, mais très agréable et plaisant. Moi qui goûte peu Noël y est pris du plaisir.
J’ignore si cela sera édité en France, mais ce serait un bon numéro gratuit à offrir aux lecteurs en décembre !


(Oncle Hermes) #10

Si j’ai aussi fini le numéro sur un sourire, je dois dire qu’en ce qui me concerne, c’est plutôt la frustration qui a dominé ma lecture. :confused:

En mettant vraiment à part le contre-exemple de “Solstice” – qui aurait, pour le coup, quasiment pu se résumer à sa toute dernière page (qui tient bien toute seule… en fait, si je ne devais garder qu’une page de tout ce numéro spécial, ce serait probablement celle-là… mais malgré les jolis dessins de Bilquis Evely les précédentes sont une mise en place aussi laborieuse qu’inutile) --, la plupart de ces histoires auraient largement gagnées à être développées aux proportions d’un vrai numéro “classique”, ou au minimum de l’équivalent d’un demi-numéro, au-delà d’un format de huit pages.

Ainsi (et c’est particulièrement dommage dans ces cas-là) de l’histoire de Batman par O’Neil et Epting, celle des Teen Titans par Fontana et Schmidt, et même celle du Sgt. Rock par King et Francavilla, dont je ne peux m’empêcher d’avoir ce sentiment paradoxal que ce sont les meilleures du lot et à la fois les plus frustrantes : du potentiel laissé à un état encore trop embryonnaire pour que je puisse vraiment les voir comme des réussites achevées.

Peut-être aussi celle de Superman et Lois par Landis et Manapul peut-elle s’ajouter à cette petite liste, encore que je trouve celle-ci si bizarrement construite que je ne suis pas totalement sûr de ce qu’aurait pu donner la transformation (j’aurais pourtant adoré l’aimer sans réserve moi aussi…).

Même des histoires plus faibles auraient sans doute gagnées à “respirer” un peu plus : celle sur Deathstroke comme celle sur les Atomic Knights me semblent ainsi avoir en commun de pécher par leur rapport à une continuité pré-existante ; Priest choisit d’ignorer le problème purement et simplement, ce qui rend le récit complètement incompréhensible si on ne suit pas la série (c’est mon cas), DiDio tombe dans l’excès inverse et plombe son récit en consacrant la moitié de celui-ci à des rappels de mise en place. (Pour l’histoire avec Swamp Thing, c’est vraiment un problème purement interne de conception narrative mal fichue, je suis d’accord, mais peut-être qu’avec quelques pages de plus ça aurait pu donner quelque chose qui fasse sens.)

Exceptions à la règle, les histoires d’Ollie et Dinah et de Barry et Wally “tiennent” leur format, mais avec un résultat, alors, qui confine généralement à l’anecdotique (et au vite oubliable), même si j’admets bien volontiers que c’est de l’anecdotique plutôt sympathique.


(Ben Wawe) #11

Par principe, ce type de magazine est inégal et frustrant, vu la place laissée ; mais je trouve qu’il y a ici plus d’agréable que de désagréable, même si, en effet, quasiment chaque histoire aurait mérité une ou deux pages de plus.


(Hush2 0) #12

[quote=“Oncle_Hermes, post:10, topic:180678, full:true”]
et même celle du Sgt. Rock par King et Francavilla, dont je ne peux m’empêcher d’avoir ce sentiment paradoxal que ce sont les meilleures du lot et à la fois les plus frustrantes : du potentiel laissé à un état encore trop embryonnaire pour que je puisse vraiment les voir comme des réussites achevées.[/quote]

Moi, cette équipe, je voudrais la lire plus souvent. Sur Swamp Thing, ça pourrait être excellent.