DC's YEAR OF THE VILLAIN (Collectif)

DC’s Year of the Villain (One-Shot)

Evil is winning! Lex Luthor and The Legion of Doom conspire with Cosmic Gods, bending mankind toward a dark destiny. Elsewhere, the scourge of Leviathan spreads unchecked, seizing power in every corner of the world. And all the while the Batman Who Laughs busies himself in the shadows, aligned with no one-yet with sinister plans for all.

The carnage starts here as the bad guys take center stage in “The Year of the Villain,” the most treacherous event in DC Comics history. Some act with united goals, others with plans selfish and secret, every one of them on a monstrous collision course against Batman, Superman and the heroes of the DC Universe. And our heroes will fail us.

Don’t miss the start of “The Year of the Villain,” featuring the talents of writers Brian Michael Bendis, Scott Snyder and James Tynion IV, artists Jim Cheung, Alex Maleev and Francis Manapul and cover artist Greg Capullo-all for free!

Written by
Brian Michael Bendis
Tom King
Scott Snyder
James Tynion IV

Pencils
Jim Cheung
Alex Maleev
Francis Manapul

Inks
Jim Cheung
Alex Maleev
Francis Manapul

Colored by
Alex Maleev
Francis Manapul
Tomeu Morey

Cover by
Brad Anderson
Greg Capullo
Andy Kubert
FCO Plascencia

Genres
Superhero
About Book
Page Count
31 Pages
Print Release Date
May 1 2019

Source : www.superherohype.com

Ca rappelle New Year’s Evil.
Ce qui a du sens, car la Justice League de Snyder rappelle la JLA de Morrison, à la même époque.

DC YEAR OF THE VILLAIN est un bon point d’entrée pour les lecteurs : Snyder, Bendis et Tynion présentent un bel état des lieux de leurs sagas, avant l’enclenchement de choses encore plus sérieuses. C’est synthétique mais pertinent, et c’est surtout extrêmement beau.
Jim Cheung et Francis Manapul livrent des planches sublimes sur les deux segments en lien avec la série Justice League (point de vue des super-vilains, point de vue des super-héros, chaque camp décidant de recruter pour une guerre à venir ; le tout en lien avec Perpetua, la créatrice du Multivers DC, hélas démente et qui décide de faire de Luthor son héraut). Alex Maleev a un style de plus en plus clivant, mais qui fonctionne pour l’histoire de super-espionnage de Bendis, qui massacre les super-organisations DC dans les épisodes antérieurs.
Un bon lancement… mais sans surprise, pour ceux qui lisent déjà.
Ceux qui veulent mon avis plus long et plus poussé peuvent le lire ici : https://topcomics.fr/dc-s-year-of-the-villain-special-avis-review-critique-l-avenir-de-dc-comics-se-revele-dans-ce-point-dentree-pour-les-nouveaux-lecteurs?fbclid=IwAR0jozbT3LnSVmLaucZQsW1MbNuffjALIRONl9bSclVnDmgxekYD_cCcRG4

Je n’ai pas encore eu le temps de le lire, mais je profite de ton retour pour une petite remarque…

J’ai entendu plusieurs fois le nom de Maleev écorché et lu comme si c’était un nom américain (les deux E prononcés comme un I et le V comme un V) ce qui donne un truc proche de “Maliv”, mais c’est un nom bulgare, et la prononciation ressemble plutôt à “Malè-yef” (approximativement)…
Contrairement à Bill Sienkiewicz, Alex Maleev ne l’indique pas sur son site officiel, makis ce n’est pas une raison pour écorcher son nom… ~___^

Tori.

Certes mais quand tu lui parles et tu lui dis “Maliv” => il ne nous pas corrigé

Et moi, les premières fois que j’ai entendu “Maliv”, je n’ai pas compris de qui ça parlait… ~___^

Tori.

Envoie lui un mail alors :rofl:

Peut-être parce que tout le monde fait la faute et qu’il en a marre de corriger.

Jim

Pour ceux qui vont vouloir suivre l’event complet avec tous les tie-in et qui sont en plus collectionneurs, il va falloir vendre un rein en juillet et en août avec toutes les variantes :rofl:

Ou attendre tranquillement une VF qui va couter 38€ avec les variant l’intérieur. Et là ton rein te dit merci.

1 J'aime

Voilà, t’achètes rein d’autre !

1 J'aime

rimshot

1 J'aime

Bon, c’est très bien que DC axe à fond sur Year of the Villain avec l’offre de Lex Luthor, mais… ça commence doucement à me fatiguer de voir dans CHAQUE épisode, avec exactement la même chose à chaque fois. C’est lassant.
Lourd, répétitif, et lassant.