DÉLIRIUM (Philippe Druillet, David Alliot)

[quote=“Amazon”]« Mon père était chef de la Milice dans le Gers. Ma mère et lui étaient des fascistes convaincus. En août 1944 j’avais deux mois à peine , ils se sont enfuis, bébé en bandoulière, d’abord à Sigmaringen, puis en Espagne. La voilà mon histoire. La voilà ma famille. La voilà ma jeunesse. Depuis trop longtemps, je vis avec les fantômes d’un passé qui me révulse. Aujourd’hui, j’ai décidé de tout envoyer valser et de ne plus rien cacher. »
Philippe Druillet a attendu soixante-dix ans pour faire face à son histoire et délivrer ses Mémoires hurlantes. Enfant, pour fuir son milieu familial, il s’inventait des mondes futuristes. Il est le génial créateur de la série de BD de science-fiction Lone Sloane. Delirium raconte cette famille qui le hante, la jeunesse et les amours d’un artiste sous les toits de Paris, les temps héroïques de la BD et de Pilote, sous le patronage fidèle de René Goscinny. Un récit biographique écrit à l’eau-forte, dans lequel on découvre une personnalité exceptionnelle, généreuse et sans concession.

PHILIPPE DRUILLET est un géant de la bande dessinée. Entré au journal Pilote en 1970, il publie la série Lone Sloane qui marque une rupture par son graphisme baroque et une mise en page éclatée. En 1975, il participe à la fondation des éditions Les Humanoïdes associés et du magazine Métal hurlant. Aujourd’hui Philippe Druillet est un artiste complet : ses peintures, ses sculptures ou encore ses bijoux sont exposés et vendus dans le monde entier.

DAVID ALLIOT est spécialiste de l’écrivain Louis-Ferdinand Céline et du poète martiniquais Aimé Césaire. Il est éditeur et auteur d’une dizaine d’ouvrages.

Broché: 288 pages
Éditeur : ARÈNES ÉDITIONS (9 janvier 2014)
Collection : DOCUMENTS
Langue : Français
ISBN-10: 2352042984
ISBN-13: 978-2352042983
Dimensions du produit: 18,4 x 13,6 x 2,8 cm[/quote]

Acheté à la sortie, dévoré aussitôt. L’ouvrage était vraiment intéressant, parce que le personnage l’est particulièrement et que le contexte dans lequel il évolue l’est aussi. Pourtant, je suis sorti quelque peu déçu de ma lecture, à mon sens trop orientée sur le personnel de l’auteur et pas assez sur ses œuvres. Bon, ce sont ses mémoires, donc difficile de lui reprocher, mais j’aurais aimé davantage de retours sur ses nombreux travaux.

Quoi qu’il en soit, j’ai vraiment apprécié de voir son point de vue sur certains éléments abordés par d’autres dans l’excellent Métal Hurlant 1975-1987: La Machine à Rêver de Christian MARMONNIER et Gilles POUSSIN. Ça met vraiment les choses en perspective… et ça en dit beaucoup sur ce qui me paraît une drôle d’époque :slight_smile: