DOKU HIME, LA PRINCESSE POISON t.1-2 (Mitsukazu Mihara)

Discutez de Doku Hime

Doku hime la princesse poison

image

Il est un royaume où les princesses sont aussi belles que dangereuses. Dès leur plus jeune âge, les belles sont nourries de tous les poisons que comptent la pharmacopée et apprennent l’art de la séduction et de la tromperie. Leur corps devient une arme, létale à chaque baiser. Ces princesses poisons deviennent l’élite des services secrets de leur majesté. Un jour, il est décidé de se débarrasser du souverain d’un pays voisin, un peu trop belliqueux. Connaissant son penchant pour les jeunes filles, la meilleure des princesses poisons est envoyée pour une alliance… mortelle. Doku Hime, la princesse poison est un manga type de la nouvelle génération d’auteurs underground. Beau et sale à la fois, politiquement incorrect, esthétique et gothique, sadomasochiste et romantique, angoissant et nihiliste. Le graphisme de Mitsukazu Mihara a la subtilité nécessaire pour rendre cette histoire très crue et violente encore plus inoubliable. Mais, plus qu’un beau manga c’est une véritable histoire politique et un roman d’espionnage passionnant qui sait tenir le lecteur en haleine. Format : 148 x 210, 180 pages, couverture souple.

  • Éditeur ‏ : ‎ Athenagram Editions (16 février 2011)
  • Langue ‏ : ‎ Français
  • Broché ‏ : ‎ 180 pages
  • ISBN-10 ‏ : ‎ 2919003038
  • ISBN-13 ‏ : ‎ 978-2919003037
  • Poids de l’article ‏ : ‎ 259 g
  • Dimensions ‏ : ‎ 15 x 1.7 x 21 cm

Les couvertures françaises :

Tori.

Le concept de ce manga tourne autour de l’existence des princesses poison : mises en contact dès la petite enfance avec des substances mortelles, elles deviennent elles-mêmes empoisonnées, ce qui les condamne à ne jamais connaître d’étreintes amoureuses : leur destinée est de partir en mission, de donner la mort puis de mourir à leur tour. L’idée est gothique, un peu malsaine, et de fait assez séduisante, cependant le côté « conte de fées cruel » l’emporte sur toute velléité d’action. L’ambiance est douce et glauque, mais laissera sur leur faim ceux qui chercheraient des scènes plus mouvementées. Par ailleurs, le dessin est très gracieux et détaillé, mais le tramage manque de nuances et les superpositions de noir et de blanc pur s’avèrent parfois brutales. Pour moi, la lecture a été agréable car c’est un type d’ambiances que j’apprécie et que je recherche, mais sinon je ne conseille pas particulièrement ce manga.