DON'T LET GO (Jacob Estes)

V1_SX640_CR0%2C0%2C640%2C999_AL

DATE DE SORTIE PREVUE

30 août 2019 (USA)
Indéterminée (France)

REALISATEUR & SCENARISTE

Jacob Estes

DISTRIBUTION

David Oyelowo, Storm Reid, Mykelti Williamson…

INFOS

Long métrage américain
Genre : thriller/fantastique
Année de production : 2019

SYNOPSIS

Le détective Jack Radcliff reçoit un appel téléphonique de sa nièce, Ashley, récemment assassinée. A travers les univers parallèles, ils se battent pour résoudre le meurtre de l’adolescente avant qu’il ne puisse arriver…

Tiens tiens. Intéressant.

Jim

Soeur Fringe, ne vois-tu rien venir ?

La concision du synopsis est terrible et du coup, ça explose les concepts.
Il reçoit un appel de sa nièce décédée … C’est en mode Sliders que ça va se résoudre … Sauf qu’elle est déjà morte … Mais pas partout au même moment … Oh punaise !!! Ce que c’est intrigant …

Comme dit @soyouz ça sent le Fringe à pleins naseaux :slight_smile:

Le concept de mondes parallèles semblent bien infuser dans la culture pop, en ce moment.

Jim

Jordan Peele est vraiment en train de faire un truc impressionnant pour la communauté afro-américaine. Ce genre de synopsis avec des noires en tête d’affiche n’aurait jamais vu le jour il y a encore quelques années.

Ben, tu n’oublies pas un peu vite Spike Lee ou, dans une moindre mesure, Eddy Murphy (qui entraînait pas mal de monde dans son sillage) ?

Si, si

Ca s’appelait la blackploitation

J’avoue ne pas comprendre le rapport avec Jordan Peele

La blackploitation avait un style bien particulier et une culture afro américaine propre.

Ici on a un genre de film typiquement joué par des blancs normalement (90% de chance que le père soit incarné par Ethan Hawk) dont le casting est quasiment exclusivement noir.

On a pas un univers et une culture à part et ce genre de truc récemment c’est depuis Get out et son succès commercial.

Entièrement d’accord.
Et j’aurais tendance à dire (si je suis bien ton raisonnement : si ce n’est pas le cas, n’hésite pas à me dire) que c’est pas plus mal. Si l’on fait des films (ou des BD, ou des romans) avec un casting noir mais qu’en fait, ça pourrait aussi bien être un casting blanc (ou asiatique, ou arabe), alors ça veut dire qu’on sort un peu du ghetto.
(Parce que soyons clair : un ghetto enferme aussi ceux qui n’y sont pas.)
Je prends souvent l’exemple de Doctor Who : les noirs, les gays, les vieux, les jeunes, sont des personnages, pas des postures politiques ni des représentants d’une « culture », quoi que cela veuille dire. On y voit des couples de toutes compositions possibles (une blanche avec un noir, une vieille avec un jeune, deux femmes, etc) et personne ne fait de remarque, parce que c’est normal.
En poussant le raisonnement plus loin, si l’intrigue n’a pas de visée politique, comme celle qui semble annoncée ici, pourquoi ne pas avoir des personnages noirs ? Puisque la couleur de peau du personnage n’importe pas, pourquoi pas la changer ? Les castings noirs seraient donc réservés à des films comme Les Figures de l’ombre ou Selma ? Ce genre de choix met en évidence les clichés à l’œuvre à Hollywood.
Et il me semble que je vais dans le même sens que toi en disant que je trouve ça mieux que la blaxploitation et que, effectivement, ça va dans le bon sens, ça fait des choses « pour la communauté », comme tu dis. Le mouvement naturel de ça, si ça s’étend (mais on connaît la lourdeur des forces conservatrices), conduira un jour à ce qu’il n’y ait plus de communauté, mais ça, c’est un autre débat.

Jim

2 J'aimes

C’est exactement ça, donnés des rôles « normaux » à des acteurs habituellement cloisonnés à des rôles stéréotypés ou forcé par un background social, racial, etc…