DOOMSDAY (Neil Marshall)


(tootsif) #1

Dans la série je matte tout ce qui passe, le gagnant du jour est …Doomsday :mrgreen:

Le pitch :
Un virus extrêmement meurtrier dévaste 90% de la population en Ecosse.
Afin d’éviter la propagation de l’épidémie, le gouvernement anglais décide de bâtir un mur infranchissable. L’Ecosse est ainsi laissée à son triste sort et devient un no man’s land.
30 ans plus tard, le même virus réapparaît à Londres et des survivants sont aperçus en Ecosse.
Un commando est alors envoyé de l’autre côté du mur afin d’établir le contact et surtout de trouver un vaccin à ce terrible virus.

Mon avis :

Je l’avoue, j’aime les films post-apocalyptiques. L’ambiance fin du monde, la sauvagerie émergente et toute l’imagerie afférente à ce type d’univers ont toujours provoqué chez moi un émoi indéfinissable.
Problème, excepté de rares cas, c’est souvent des daubes voire pire (qui a dit les guerriers du Bronx et les nouveaux barbares ?). Cependant, le genre n’est pas mort, au contraire, il a même le vent en poupe aujourd’hui, je pense notamment au « Livre d’Eli » ou encore à « La route », pourtant là, c’est autre chose sur lequel j’ai jeté mon dévolu : Doomsday .

Bon, je l’accorde, le titre claque ! Il a le mérite d’être clair, c’est le bordel, la fin du monde, l’Armageddon : un virus dégueulasse décime la populace écossaise et le gouvernement anglais décide de les emmurer, le temps de les laisser crever. Bien fait pour leurs gueules à ces sales écossais !
Manque de bol, 30 ans plus tard rebelote mais à Londres ce coup-ci et donc on envoie un commando de l’autre côté du mur chopper des survivants (car ils en restent) pour avoir le vaccin, parce que ça fait 30 ans qu’ils foutent rien en Angleterre en cas de retour du virus.
Là, je l’avoue, je me suis dis « cool, du post apo et peut-être du zomblard, ça va charcler dans la joie et la bonne humeur », en plus le casting est bien sympa, voyez plutôt : la jolie Rhona Mitra (qui a pas mal vieilli faut l’avouer), Bob Hoskins et même Malcolm McDowell. Cool !!
Bref, ça sentait bon sur le papier, d’autant plus que Neill Marshall aux commandes, ça reste correct (The Descent notamment).
Ben non…. C’est pourri… pas de bol, hein…

Et pourtant, j’y ai cru au début, tout partait bien !! C’était shooté comme 28 jours plus tard, l’ambiance était bien trippante, bref, une bonne entrée en matière !
30 ans plus tard, on est retombé dans un visuel plus resident evilien faisant apparaître les trous dans le budget.
Le hangar dans lequel s’est filmé commence à montrer le bout de ses murs, les répliques « bad ass » pointent le bout de leur nez, ça sent le pâté mais bon je suis tolérant, ça peut rester fun.
Et là, boom !!! De Resident evil, on passe à Mad Max, sans avertissement préalable avec un brin de cannibalisme pour éviter le piège du film gentillet et essayer de choquer le public.
Bon, faut être honnête, j’ai beau aimé ça, là ça le fait pas, mais bordel, il va où !!!

Les tenues sont ridicules, les acteurs aussi, on a même droit à un petit spectacle musical histoire de meubler avant une petite séquence de dégustation de marines. Quand je dis que c’est n’importe quoi !!
Et le pire, c’est que ce n’est pas tout !

Dans sa fuite désespérée à la recherche du vaccin, la belle Rhona tombe nez-à-nez avec de joyeux médiévaux qui veulent aussi lui faire la peau, pensez bien.
On passe de Mad Max à Braveheart en moins de temps qu’il ne faut pour le dire et le tout dans l’incompréhension du spectateur la plus totale.
Oh, je vous rassure, y a une justification à tout ça, on nous explique le pourquoi du comment, que c’est un choix de vie, l’affrontement entre deux perceptions du monde, mais…. mais non, ça va pas du tout !! Sérieux, ça commence à sentir le digest de films connus là, non ?
28 Max plus tard, vous avez dit ? La découverte du concept du 3 films pour 1 ?

Alors forcément, malgré une action plutôt rythmée (simple, ça arrête jamais), des effets spéciaux pas mal gaulés, rien n’y fait, ça passe pas.
Trop granguignolesque, le tout s’enchaîne sans queue ni tête et fait qu’au bout d’un certain temps, arrive ce qui devait arriver, on se lasse.
On se fout de la trame, les séquences d’actions deviennent indigestes, fatigantes et on ne demande qu’une chose que tout ça s’arrête.
Bon, un point positif, à l’heure des films de trois plombes, Doomsday a le mérite de ne durer qu’1h45, soit environ 30 minutes par film.

En conclusion, Doomsday ça le fait pas trop. Je suis sympa, mais là non. Je ne dis pas qu’à certains moments je n’ai pas éprouvé un petit plaisir coupable lors de certaines séquences, j’avoue même que la course-poursuite finale est plutôt fun, mais c’est… trop !!
C’est bourré ras la gueule de séquences sans aucun lien, sans aucune logique et forcément on décroche, on se fout de ce qu’il se passe ponctuant le tout de quelques « n’importe quoi » biens sentis.
Dommage, j’y croyais d’où ma déception.
Rendez-moi Mad Max siouplaît…


(sebulon) #2

Ah pour toi aussi ce moment là est mal passé ! ^^
Sur le papier on peut se dire pourquoi pas. mais quand on regarde le film, on se dit qu’ils auraient mieux fait de s’abstenir ou d’amener ça autrement !


(tootsif) #3

Ben disons que pour moi le film était déjà à ce moment là un grand n’importe quoi mais là on est passé dans une autre dimension :mrgreen:
J’ai hallu tellement rien ne se tenait


(opaline) #4

arf, moi qui pensait qu’il allait faire un film aussi bien que the descent, bon ben je m’abstiendrais alors. trop de truc à voir en retard, donc c’est bien de savoir quand il faut faire l’impasse. Par contre, je note pour “la route” avec mon beau viggo et le livre d’eli.^


(tootsif) #5

Pour La Route c’est un bon film car le matériau de base est excellent ! La Route, le livre Cormac McCarthy est pour moi l’un des 5 plus grands livres de ces 10 dernières années !
Ce n’est pas un bouquin post apo c’est un livre sur comment rester un être humain alors que tout fout le camp autour de soi. Il vous prend aux tripes pour ne jamais vous lacher, servi par une écriture simple et magistrale !

Le film tire ses qualités de cela et de sa grande (parfois trop) fidélité à l’oeuvre. Il évite aussi les clichés du gore pour le gore tout en n’atténuant pas l’horreur ambiante (certains hommes sont devenus cannibales). Les interprètes sont bons, même si le gamin est parfois limite (c’est le propre de quasiment ts les mioches acteurs) et que la trop grande fidélité aux dialogues du livre font que si ceux-ci donnent bien à lire c’est moins le cas à l’cran où ils semblent trop littéraires.
Mais bon ça reste un bon film à l’image magnifique et à la bande son somptueuse (nick Cave aux commandes quand même)