DRAG ME TO HELL / JUSQU'EN ENFER (Sam Raimi)

Le pitch :

Christine Brown est employée dans une banque où son manque de caractère nuit à son plan de carrière.

Pour enfin convaincre son patron de lui donner le poste de directeur adjoint, elle décide de laisser sa compassion de côté et de refuser un crédit supplémentaire à Madame Ganush, une vieille gitane, afin que celle-ci conserve sa maison.
Cette dernière l’agresse le soir même à la sortie du travail et lui lance ce qui semble être une malédiction.
A partir de ce moment la vie de Christine va basculer dans le cauchemar, un medium lui indiquant qu’il ne lui reste que 3 jours pour arriver à se débarrasser du démon.
Car ce dernier risque de la conduire jusqu’en enfer……

Mon avis :

La plus grande partie des films d’horreur actuels sur le thème de la possession sont plutôt basés sur une approche « sérieuse » du sujet. On  est aujourd’hui dans la vaine réaliste du sujet  (L’exorcisme d’Emily Rose) où on cherche une explication rationnelle à la possession, ou alors le démon n’est alors que suggéré par des effets de style (parquet qui craque, ombres angoissantes et tout le tralala) et peu souvent à l’écran laissant ainsi planer le doute sur son existence réelle (l’école des films d’horreur japonais).

Bref, on a un peu oublié le film d’horreur où le démon était rapidement montré au spectateur et qu’il se faisait un malin plaisir à commettre un carnage.

Alors quand  l’ami Sam Raimi décide de faire une pause (peut être définitive vue sa relation actuelle avec le studio et les rumeurs qui circulent) dans la lucrative franchise spider-man pour retourner à ses premiers amours on se dit que le fun va être de retour dans les films d’horreur.
Pourtant au début on doute un peu. Le père Raimi semble reprendre les ficelles classiques : la malédiction lancée par une petite vieille, les parquets qui craquent, les ombres aux formes étranges, les meubles qui bougent….Et en plus on a le droit à la musique avec violons aux cordes parfois pincées pour faire sursauter. 
Donc que du classique quoi, on se demande où est passé le Sam Raimi de l’irrévérencieux Evil Dead.

Mais non, je déconne ! Sam Raimi reprend les codes classiques du film de possession mais pour s’en moquer et être fun ! Jusqu’en en enfer est une putain de série B et pas un film d’horreur branchouille !

Y a une gitane qui fout une malédiction mais faut voir sa gueule ! Un œil de verre, deux dentiers, tout est exagéré !
Et puis la manière dont Christine se fait bannir ! Une baston entre une working girl et une mamie édentée qui se termine par l’envoutement d’un bouton de manteau, bref du n’importe quoi !
Et ce n’est pas tout, Sam Raimi truffe son film de moments d’humours noirs qui font à chaque fois mouche. Le final en étant la meilleure des démonstrations.

Mais attention ce n’est pas pour autant que c’est une parodie de film d’horreur. Il ya de vrais moments de tensions grâce à une utilisation des ressorts classiques du film d’horreur comme je l’ai déjà indiqué et en plus, contrairement aux dernières productions du genre actuel, il parsème son film de vrais passages gores : vomissement de litres de sang, spectres répugnants, tout y passe.
Et pour encore plus encrer son film dans l’univers du bis qu’il affectionne tant, il abandonne les effets spéciaux modernes pour revenir à ces bons vieux effets spéciaux à base de prothèses, faux-sang, latex….ce qui donne un effet rafraichissant au film car l’éloignant des effets spéciaux interchangeables des autres productions modernes.

L’un des rois de la série B horrifique est de retour et pour le meilleur ! Oubliez les films d’horreur japonais à coup d’écolières aux longs cheveux ! Oubliez la vaine réalistico-chiante ! Oubliez la vaine youtubesque qui aurait fait flipper Spielberg ! L’horreur c’est bon quand ça fait autant sursauter que rire !
Et pour ça Sam Raimi est très bon !

Il vient de sortir dans la salle de ton village ? :mrgreen:

(je suis juste surpris de voir une “critique” de ce film aujourd’hui, n’y vois pas d’attaque personnelle).

Sinon, t’as bien résumé la chose, j’ai personnellement adoré le film, sauf sa fin qu’on voit arriver à trois kilomètres…

Mais on s’en fiche, tout le film est bon, on ne s’ennuie jamais, bref, on regrette pas d’avoir payé sa place au ciné (ou d’avoir acheté le DVD/Blu-Ray ou en VoD, enfin ça dépend du prix ça :laughing: ).

Viens juste de me le remater en dvd et comme c’est largement mieux que les films d’horreur que les ados encensent actuellement (paranormal activity, saw, hostel and cie) autant remettre à l’honneur ce type de film

Je l’ai vu en DVD, il y a même pas un mois, et honnêtement, je pense que c’est l’un des pires films que j’ai vu (bon j’exagère peut-être un peu, mais pas énormément). A l’inverse de Nil, je n’ai fait presque que m’ennuyer…
La fin est assez prévisible, l’héroïne franchement idiote. La fille est poursuivie par une malade, elle arrive à entrer dans sa voiture et au lieu de s’enfuir en roulant à pleine vitesse, non, elle attend que l’autre malade se relève et l’attaque.

Quelques éléments m’ont bien fait rire: La voiture est fermée à clé de l’intérieur, mais dès que la vieille casse la fenêtre, sans même déverrouiller la portière, allez hop tout est ouvert.

En revanche, je reconnais que quelques scènes m’ont bien fait sursauter.

[quote=“Loo”]Je l’ai vu en DVD, il y a même pas un mois, et honnêtement, je pense que c’est l’un des pires films que j’ai vu (bon j’exagère peut-être un peu, mais pas énormément). A l’inverse de Nil, je n’ai fait presque que m’ennuyer…
La fin est assez prévisible, l’héroïne franchement idiote. La fille est poursuivie par une malade, elle arrive à entrer dans sa voiture et au lieu de s’enfuir en roulant à pleine vitesse, non, elle attend que l’autre malade se relève et l’attaque.

Quelques éléments m’ont bien fait rire: La voiture est fermée à clé de l’intérieur, mais dès que la vieille casse la fenêtre, sans même déverrouiller la portière, allez hop tout est ouvert.[/quote]

En même temps tous ces éléments et conneries sont, à mon avis (à la vue des précédents films de Sam Raimi, suffit de mater la trilogie Evil Dead), parfaitement volontaires et fait pour se foutre de la gueule des films d’horreur sérieux où il se passe pourtant ça.

Pinaise Loo, t’as vu ce film avec un regard “sérieux”, fallait surtout pas :laughing:

Forcément que tu t’es ennuyé… un film pareil, faut surtout pas chercher de logique et de réaction “normale”…

pareil, on m’annonce que je vais avoir peur, que le film est génial, bref je vais en avoir pleins les mirettes.
Je me suis fait méchamment chier, je n’ai pas eu peur, l’ambiance était vraiment trop exagérée, les situations trop clichées et surtout les passages parodiques pas drôle du tout mais pathétique.

Je suis une fana des films d’angoisse, des parodies et des pastiches, j’ai adoré evil dead mais là ça n’atteint même pas la cheville de ce film. L’actrice était insipide et c’était vraiment mal joué. En bref, on ne m’y reprendra plus à l’avenir de croire sur parole les gens qui ont cru voir l’apparition d’un film “extraordinaire” et original pour le genre…

à choisir, midnight meat train est un pur chef d’oeuvre à côté…

Attention jusqu’en enfer n’est pas un chef d’oeuvre (faut pas exagérer et garder cette appellation pour une poignée de films) mais une très bonne série B pas prétentieuse pour 2 sous (contrairement à la vague horrifique actuelle tel les saw, paranormal activity, hostel et cie qui surfent sur la vague du gore pour le gore et du buzz sur du vide).
Le comparer à Midnight meat train est à mes yeux une erreur car là c’est un film horrifique pur sans 2nd degré.

Là c’est un retour aux effets spéciaux à l’ancienne (latex, faux-sang, absence autant que possible d’images de synthèses) à ts ses films du début des années 80 qui mixaient horreur et humour.
Je le rapprocherais plus dans un genre un peu différent de Bubba-Ho-Tep

Ouaip, un vrai film d’horreur quoi. Ils sont toujours “drôles” en un sens. Et qu’il y ait des scènes exagérées est normal, c’est le contraire qui m’aurait étonné. Le genre veut ça. :astonished:

Pour ma part, j’ai pas été emballé.
Y a plein de moments angoissants et d’images qui font sursauter, mais dans l’ensemble, c’est une histoire assez plate, dont le traitement semble hésiter entre comédie de mœurs et drame sérieux, et dont la chute, sympa mais prévisible, est amenée un peu brutalement.
Comme beaucoup de films de genre, ça aurait fait un épisode bien sympa d’un show genre Twilight Zone. En trente minutes, ça aurait été vraiment bien.

Jim