DRAGON BALL (Akira Toriyama)

La critique par chris936 est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Acheté hier et je ne regrette pas du tout mon achat, il vaut bien son prix (surtout quand on le compare aux pika grands formats comme tu l’as fait remarqué). Le hic c’est le délai de parution entre chaque tome comme tu l’as aussi fait remarqué d’ailleurs, je ne sais pas s’il serait possible de s’orienter vers des sorties mensuelles mais si c’était le cas je serais ravis car à ma lecture de ce premier tome hier soir, j’ai eu l’impression de redécouvrir la série.

Arf, c’est vraiment triste qu’ils aient supprimé les suffixes japonais, c’est un monstrueux point noir dans une édition qui se voulait si parfaite et était bien partie pour l’être… Bon je me serais contentée de l’emprunter de toute façon, mais bon… ça m’a vraiment plombé le moral quand j’ai remarqué… A croire que les traducteurs n’apprendront jamais, et ça n’augure rien de bon pour l’avenir des traductions françaises de manga…

Si le texte est correctement adapté et si les suffixes en question ont été correctement traduit, je ne vois franchement pas le problème dans le fait de les supprimer, au contraire, cela rend certaines nuances accessibles à tous ; enfin vu le prix, “accessible à tous”, c’est peut être pas non plus l’expression adéquate :slight_smile:

Loin de moi l’idée de transformer ce topic en débat là-dessus mais…pourquoi? J’ai beau retourner la question dans tous les sens, je ne vois pas en quoi l’absence des suffixes serait une mauvaise chose. C’est même tout à fait normal et préférable.
Pourquoi laisser dans un texte traduit une notion de ce genre qui ne veut de toute façon rien dire du tout en français? La langue française se débrouille très bien sans ça pour exprimer les mêmes choses, donc pour moi, un “-san” n’a carrément rien à fiche dans une traduction.
Puis, si c’était pas le cas, les mangas qui gardent les suffixes ne représenteraient pas qu’une très infime minorité.

Non par contre moi ce qui me rebute vraiment, c’est effectivement le rythme de parution… mais si c’est vraiment bon, on verra :slight_smile:

C’est vrai que 6 ans avant de compléter la série c’est pas mal du tout. Mais c’est le fardeau de toutes les longues séries :mrgreen:

Qualitativement il n’y a vraiment rien à redire, il vaut son prix. Mais ce que j’apprécie particulièrement dans cette éditions ce sont bien les commentaires des images qui apporte un petit plus.

Et&nt un grand fan de DB c’est avec un grand plaisir que j’accueille cette édition (presque) perfect. Le relire m’a fait quasiment redécouvrir la série mais néanmoins je n’ai pas pu m’empécher de remarquer que Glénat avait encore laissé des fautes ou utlisait des mots peu courant ( maître révéré au lieu de maître vénéré). Pour un prix de 10.55€ ca me fait rager. Toutefois c’est la meilleure version disponible donc je saurais m’en contenter
Je donnerais quand même un 9.5/10 pour cette collection.

La critique par ivan isaak est disponible sur le site!

Lire la critique sur Manga Sanctuary

Salut chris936, je ne suis absolument pas d’accord avec toi concernant les suffixes japonais. En effet, ceux-ci traduisent une hiérarchie ou proximité qu’il est tès difficile de reproduire en français.
Comment retranscrire avec des mots français le “chan” par exemple? “Bonjour mon petit Goku” ? Il induit également une certaine hiérarchie. Cela s’applique au Chan, mais aussi au Kun, San, kohai, sempai ou encore Tan! Sama peut être traduit par “maître” sans aucun soucis, mais je pense qu’au contraire il faut laisser toutes les nuances japonaises pour bien en comprendre le sens comme tu le soulignes sur d’autres aspects.

Je vais peut-être t’apprendre quelque chose, mais les francophones que nous sommes parviennent parfaitement à s’exprimer et à se faire comprendre sans ces fameux suffixes. Pourquoi n’en serait-il pas de même des personnages de mangas lorsqu’ils s’expriment en français ?

Bonjour les gens.

Je me disais qu’il était enfin temps que j’achète le manga de Dragon Ball. Hors, il existe plusieurs éditions et j’avoue ne pas trop savoir laquelle acheter. Si quelqu’un pouvait m’apporter ses conseils avisés pour choisir la meilleure des éditions, ce serait très sympa.

Merci par avance. :pray: :pray: :pray:

Ben écoute c’est rigolo je viens d’acheter les premiers pour mon fils. J’avais déjà quelques tomes de la première édition glénat et ils l’ont ressorti.
Le seul souci de cette édition à mon sens c’est le sens de lecture occidental et elle est en 42 tomes.

A choisir je prendrai l’édition originale qui est également en 42 tomes mais dans le sens japonais.

Je note ça. Merci pour ce précieux conseil. :slightly_smiling_face:

Vérifie quand même de pouvoir acheter les 42 tomes, manquerait plus que tu tombes sur une édition en arrêt de com mais sur Dragon Ball ça m’étonnerait.

@Tori aura peut être un meilleur conseil

Oui. Je vais regarder un peu tout ça et voir ce qui est trouvable. Comme il n’y a pas d’urgence, je vais prendre mon temps et voir les différents avis avant de faire un choix définitif.

Pour mon fils, j’ai pris en occasion les 42 volumes dans leur édition double.
C’est la V1 qui se lit dans le sens occidental.
Pour choisir, j’avais lu un article sur ce site au look très 90’s : http://www.dragon-ball-z.eu/dossiers/manga_qualite/
D’ailleurs, ça fait un moment que je dois lire Dragon Ball en entier (je n’ai dû lire que la moitié il y a une dizaine d’années).

Me voici… Le conseil dépend de ce que l’on cherche, en fait… J’en reparle plus bas.

Chez Glénat, toutes les éditions sont disponibles (sauf les éditions kiosque et les éditions en coffrets), et elles se vendent encore toutes plutôt bien.

On a donc le choix entre :

  • L’édition « arc-en-ciel » (je l’appelle comme ça en raison de ses tomes qui forment un arc-en-ciel coloré dans la bibliothèque), qui est la première sortie (si on excepte l’édition kiosque, en demi-volumes), avec la première traduction.
    42 tomes, en sens de lecture français, avec des dessins parfois retouchés (pour ne pas laisser de blanc autour des onomatopées, mais aussi certaines cases retournées au sein de la page, ce qui fait qu’on a sur certaines pages les dessins dans le bon sens, mais en gardant le sens de lecture japonais), surtout sur les débuts (ensuite, ils étaient un peu plus fainéants sur l’adaptation).
    La traduction n’est pas très fidèle et édulcore certains passages, mais je trouve qu’elle ne manque pas de chaleur, et sonne « naturel ».
    Cette édition convient bien pour faire découvrir la série à des enfants et peut aussi servir de porte d’entrée vers le manga.
    À noter que les tirages les plus récents de cette édition ont (comme la majorité des titres Glénat) un papier plus fin et moins blanchi mais, surtout, une couverture mois rigide.
    Ça rend le volume assez souple, ce qui peut perturber si on a une partie de la série d’un tirage plus ancien (ça le rend aussi moins épais, ce qui fait gagner de la place dans la bibliothèque).
    C’est une édition dont on trouve assez facilement les volumes d’occasion, aussi.

  • L’édition « Double » : la même traduction que l’édition précédente, mais dans des volumes reprenant deux tomes de celle-ci (d’où son nom !), dans des tomes d’une couleur orangée rappelant la couleur des boules du titre… Pas grand chose de plus à dire sur celle-ci, elle a les mêmes qualités et les mêmes défauts que l’autre (on trouve assez facilement les premiers tomes d’occasion, pour celle-ci aussi), c’est juste qu’on a 21 gros volumes au lieu de 42 de taille normale.

  • L’édition « Originale » : nouvelle traduction pour cette édition qui reprend le look de la première édition japonaise. L’objet est fidèle à l’original : jaquette, sens japonais et, donc, les couvertures originales.
    La traduction est plus fidèle, mais ce qu’elle a gagné en fidélité, elle l’a perdu en chaleur. Il y a quelques notes explicatives, aussi (sur les noms des personnages, surtout), avec quelques erreurs, d’ailleurs. On a donc 42 tomes dans un format classique.
    C’est ce qui ressemble le plus à la façon dont les Japonais ont lu Dragon Ball pendant des années (en-dehors de la pré-publication, évidemment, mais les Japonais ne l’ont pas tous lue, surtout au début).

  • L’édition « Perfect » : Troisième traduction (qui corrige certaines erreurs de l’édition précédente, mais lui ressemble assez) pour ces volumes dans un format un peu plus grand. Cette édition reprend les planches dans les couleurs qu’elles avaient lors de la pré-publication dans le Jump (donc seuls les chapitres parus en couleurs dans le Jump sont en couleurs : les autres ne sont pas colorisés).
    Cette édition est en 34 tomes, en sens japonais.
    Une édition qui permet de mieux voir les détails des dessins, et d’apprécier les couleurs des planches d’origine (plutôt que d’avoir les mêmes chapitres en niveaux de gris).
    Ah, et la fin est modifiée légèrement, aussi (enfin, la dernière page).

Bref, ça dépend de ce qu’on cherche…
Ah, et j’oubliais l’édition France-Loisirs qui reprend la deuxième édition, mais dans des volumes doubles…

Sinon, le lien de vinch peut servir aussi… ~___^

Tori.

1 J'aime

Merci pour les conseils/avis/lien.

Je ne suis ça que de très loin, mais y a pas aussi une version entièrement colorisée et une version format Jump sortie en kiosques ?