DRAGON - Thomas Day (Le Bélial)

[quote]Dragon
*Auteur : Thomas Day
Couverture : Aurélien Police
ISBN : 978-2-84344-139-4
ouvrage broché
160 pages
parution le 14 janvier 2016
Prix : 8,90 €

Bangkok. Demain.
Le régime politique vient de changer.
Le dérèglement climatique global a enfanté une mousson qui n’en finit plus.
Dans la mégapole thaïlandaise pour partie inondée, un assassin implacable s’attaque à la facette la plus sordide du tourisme sexuel. Pour le lieutenant Tannhäuser Ruedpokanon, chargé de mettre fin aux agissements de ce qui semble bien être un tueur en série, la chasse à l’homme peut commencer. Mais celui que la presse appelle Dragon, en référence à la carte de visite qu’il laisse sur chacune de ses victimes, est-il seulement un homme ?

« On le voit, contrairement à Antoine Volodine qui prône le post-exotisme, fondé sur la subversion de l’idée même d’Auteur, Thomas Day s’avère le tenant du pur-exotisme où l’écrivain s’affirme tel un vengeur masqué à l’assaut des tares de l’Humanité. »
Philippe Curval

Après diverses hésitations, entre Laos, Thaïlande et Cambodge, Thomas Day a finalement posé son sac en banlieue parisienne, où il regarde pousser ses deux fils en menant de front son métier d’éditeur, sa carrière de romancier et ses activités de scénariste BD. On lui doit quantité de nouvelles et une
douzaine de romans, dont La Voie du sabre, L’Instinct de l’équarrisseur et Le Trône d’ébène.

Le dernier d’entre eux, Du sel sous les paupières, est lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire 2013. Quant à Sept secondes pour devenir un aigle, le plus récent de ses recueils, il est lui aussi lauréat du Grand Prix de l’Imaginaire, mais millésime 2014.
Dragon est le huitième de ses ouvrages à paraître aux éditions du Bélial’.*[/quote]

Liens :
Le site de l’éditeur : www.belial.fr
La page facebook de l’éditeur : www.facebook.com/lebelial

Laurent Queyssi donne la parole à Thomas Day sur la genèse de son nouveau roman Dragon:

[quote=“Thomas Day”]*…] Dragon (มังกร) est né il y a longtemps, sans doute vers l’an 2000, au Laos, à Vientiane, sur les bords du Mékong où pour la première fois de ma vie j’ai vu des enfants se prostituer (j’en avais sans doute vu en 1997 à Bucarest, mais à l’époque je n’avais tout simplement pas compris que ces enfants qui traînaient dans la capitale roumaine en fumant cigarette sur cigarette, et en se défonçant à la colle ou au solvant, étaient de jeunes prostitués). En l’an 2000, j’ai été choqué, mais pas tant que ça, je savais que ça existait, je ne voyais pas trop en quoi ça me concernait. Puis j’en ai revus au Cambodge, six ou sept ans plus tard, des petites filles maquillées à Phnom Penh, âgées de 5 ou 6 ans. Le choc a été plus rude que la première fois. Et Dragon a grossi. Et maintenant que j’ai deux fils de 6 et 8 ans, le monstre est arrivé à pleine maturité. Il a besoin de sortir.

Il en aura mis du temps à se développer en moi : douze ou treize ans…] *[/quote]

Très grosse déception. Day est capable de bien mieux, surtout que le format court est un terrain qu’il connaît bien. Diantre, nous sommes ici face à un brouillon qui n’aurait demandé qu’à se développer. Et l’aspect SF n’existe pas ( ah si, Bangkok a subi une petite montée des eaux …éléments purement décoratif et très mince pour justifier l’appartenance de cette nouvelle - on vous dira novella mais au vu de la taille de la police d’écriture c’est nous prendre pour des myopes ou des idiots, au choix - au genre de la science-fiction.