DREAM TEAM t.1-50 (Takeshi Hinata)

Très jolie chronique et je suis d’accord : ce titre est injustement boudé!

Que de réactions qui font plaisir à lire :wink: ! Merci à vous d’avoir pris le temps de me lire.

@skeet : Merci pour ta diligence :slight_smile:

@yoc950 : J’en fait partie depuis l’année dernière si je ne dis pas de bêtises. J’ai commencé avec des chroniques d’animes mais là, avec la thèse et la mauvaise saison animée (en dehors des suites type Aldnoah et Durarara), j’ai ralenti le rythme et compte peut-être varier les plaisirs :wink: (plus de mangas et quelques animes qui sortent du lot, plutôt que de faire à la chaîne). Je t’avoue que je me suis tapé de belles grosses bouses jusqu’au bout pour voir s’il y avait moyen de faire une chronique dessus ou pas, du coup ça m’a un peu dégoûté XD (le mec pas très malin).

Concernant ta question, ça va vraiment dépendre de ton degré d’allergie au manga de sport : si tu n’aimes pas le côté surenchère de la plupart des titres, tu aimeras peut-être Dream Team qui est plus personnel (à mon sens) dans son traitement du basket, par contre si c’est le type même du manga sportif qui te rebute, je ne suis pas certain que tu accroches… Ça se rapproche vraiment de titres comme Slam Dunk pour te donner une idée.

@Blackiruah : C’est vrai que j’ai surtout pris le parti de mettre en exergue les différences de Dream Team avec un titre comme Kuroko’s Basket que d’affirmer les similitudes avec Slam Dunk car cela me semblait plus logique par rapport à ma démarche. Néanmoins, et comme l’a dit ALEXA, je trouve que Dream Team est vraiment l’héritier spirituel de Slam Dunk. Je ne prétends pas être capable de dire lequel des deux est le meilleur (d’autant que Slam Dunk bénéficie de l’aura des maîtres à laquelle il est impossible de toucher XD), mais à titre personnel, j’ai retrouvé autant de plaisir à lire Dream Team que lorsque j’ai découvert Slam Dunk ! Et pour répondre à ta question, je pense effectivement qu’en termes de découpage des matchs, tu risques de trouver ton compte :slight_smile:

@Blacky : Pour ce qui est de la retranscription des mouvements, je trouve que le titre Haikyū!! n’est vraiment pas mal. En tout cas, de ce côté c’est celui qui m’a le plus marqué depuis slam dunk!

@JohnnyBoy44 : En effet belle chronique et bienvenue parmis nous.

Merci Sorata, et oui, Haikyû!! c’est vraiment une de mes série sportive coup de cœur également.

Ce que j’aimerais savoir c’est : est ce que les matchs durent en longueur, car pour slam Dunk j’ai bcp aimé mais les jeux s’étiraient trop.

Alors je ne me rappelle plus tellement de mon ressenti quant à la durée des matchs dans Slam Dunk mais je sais que dans Dream Team, certains matchs sont effectivement assez longs. L’exemple qui me vient en tête concerne un match qui s’étale entre le tome 11 et 12. Après il faut aussi savoir que les matchs sont toujours très intéressants à suivre et qu’on les attend presque tous avec impatience, notamment au début.

Car si je ne dis pas de bêtises, le premier « vrai » match débute aux alentours du tome 6 ou 7. Donc l’impatience (positive) a le temps de s’installer.

Après c’est toujours difficile de juger sur le ressenti…

J’ai tous les tomes sortis (sauf le premier double), et j’avais déjà lu les premiers tomes. J’accroche bien, sans être particulièrement fan de manga sportifs. Sinon la longueur de la série est à relativiser pour ceux que ça effraie : quand on sait que les séries qui se vendent vraiment bien s’appellent One Piece ou Naruto…

Hm j’y jetterai un oeil alors mais j’ai quand même un doute avec un tel graphisme…

(PS : Je n’ai jamais trouvé un match de Slam Dunk long, vu que les matchs sont très silencieux.)

Haha mon post sur une de tes chroniques animés a porté ses fruits vu que tu fais la chronique de Dream Team en personne :slight_smile: Merci a toi JohnnyBoy. Perso le visuel au début j’étais pas fan mais au fur et a mesure qu’on avance et rentre dans l’histoire je le trouve vraiment très beau. Pour l’histoire je me souviens encore très bien d’un moment dans le tome 12 ou j’ai pas pu m’empêcher de verser des larmes … Depuis la fin de Slam Dunk seule Dream Team me donne des frissons a chaque tome. A lire Absolument !

Grand fan de slam dunk et appréciant correctement le manga spoftif, tu auras reussi à me convaincre: je teste ça dès que j’ai fini les eyeshield :slight_smile: merci pour cette belle chronique!

La difficulté avec « Dream Team », c’est qu’il s’agit d’une série demandant un certain « investissement » dans notre façon de lire le titre, au-delà de l’aspect divertissement. L’attachement aux personnages est très important, et les comprendre passent nécessairement par les dialogues, leurs expressions, les changements qui s’opèrent en eux, leurs relations dans le groupe, et pas tant par leur chara-design, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres titres.

Pour rester dans le même genre, quand on voit Akagi de « Slam Dunk », on comprend tout de suite son caractère (droit, autoritaire, ne vit que pour le basket), et même si il a une certaine profondeur qu’on découvre sur le long terme, l’image qu’on a de lui ne se modifie pas fondamentalement.
Un personnage comme Momoharu de « Dream Team » par contre, sa situation est plus complexe que le simple « voyou au grand coeur » qu’on pourrait lui attribuer de prime abord, et on le comprend petit à petit quand on progresse dans notre lecture. Et on passe énormément de temps à creuser les personnages dans « Dream Team » aussi bien sur le terrain que en dehors, et c’est ce qui fait toute sa force.

J’adore « Slam Dunk », mais il est beaucoup plus « pop-corn » au niveau de son registre de lecture, plus facile d’accès et immédiat, surtout que son découpage permet de prendre le titre à n’importe quel moment et de suivre l’action sans soucis.
« Dream Team » est beaucoup moins « monolithique », et son rythme beaucoup moins orienté « action » pur. Il faut s’imprégner de l’ambiance pour y être réceptif.

Les matchs de Slam Dunk sont surtout fort découpés par « actions d’éclat » et fort haché quand on fait attention, ce qui me sort aujourd’hui un peu de ma lecture parce que je remarque un peu trop le procédé employé par Inoue pour rendre son titre lisible en feuilleton, une impression que je ressens beaucoup moins dans « Dream Team ». Par contre, les touches d’humour d’Inoue dans ses matchs me font toujours autant rire aujourd’hui, notamment les petits dessins entre les chapitres, ainsi que les petites réflexions entre les joueurs pour commenter une action. :laughing: (Sakuragi qui marque un panier après une passe d’Akagi et qui s’écrie « Je suis un génie », et tous les autres qui se rassemblent autour d’Akagi et lui disent « belle passe boss », « jolie passe », « cette passe tombait à pique ». :laughing: Slam Dunk est presque devenu chez moi un manga humoristique^^)
Mais le dernier tome de « Slam Dunk » reste une des conclusions les plus fortes qu’il m’ait été donnée de lire, surtout que je m’étais fait un marathon du match entier non stop lors de ma première lecture, et l’effet ne s’estompe pas.
Les matchs dans « Dream Team » sont par contre beaucoup plus réalistes que ceux de « Slam Dunk », où les joueurs japonais ont tous ou presque le niveau NBA.^^
Bref, d’un côté le spectaculaire, d’un autre côté les personnages, aussi divertissant l’un que l’autre mais chacun à sa manière, et chacun y sera réceptif selon sa façon d’apprécier la lecture d’un manga.

@rom7 : Effectivement, je me souvenais de ta remarque sur le post d’une de mes autres chronique (sur Haikyû! peut-être ?). J’ai juste attendu le moment où cette chronique aurait le plus « d’impact » selon moi (tout en restant extrêêêmement relatif XD).

@Oto7 : Tu ne devrais pas avoir de mal à rentrer dans la série vu tes références. Je suis également un fan de Slam Dunk et d’Eyeshield 21 (même si au final Dream Team en est très éloigné), Dream Team fait partie de mes nouvelles références :slight_smile:

@Therru : Comme d’habitude Therru, ton propos est d’une rare justesse. Je partage entièrement ton analyse (d’ailleurs j’ai longuement hésité à évoquer dans ma chronique tout cet aspect relatif à l’attachement des personnages, mais elle était déjà bien longue XD). Du coup merci pour ta contribution, elle complète parfaitement mon propos !

[quote=« Therru »]La difficulté avec « Dream Team », c’est qu’il s’agit d’une série demandant un certain « investissement » dans notre façon de lire le titre, au-delà de l’aspect divertissement. L’attachement aux personnages est très important, et les comprendre passent nécessairement par les dialogues, leurs expressions, les changements qui s’opèrent en eux, leurs relations dans le groupe, et pas tant par leur chara-design, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres titres.
Pour rester dans le même genre, quand on voit Akagi de « Slam Dunk », on comprend tout de suite son caractère (droit, autoritaire, ne vit que pour le basket), et même si il a une certaine profondeur qu’on découvre sur le long terme, l’image qu’on a de lui ne se modifie pas fondamentalement.
Un personnage comme Momoharu de « Dream Team » par contre, sa situation est plus complexe que le simple « voyou au grand coeur » qu’on pourrait lui attribuer de prime abord, et on le comprend petit à petit quand on progresse dans notre lecture. Et on passe énormément de temps à creuser les personnages dans « Dream Team » aussi bien sur le terrain que en dehors, et c’est ce qui fait toute sa force.
J’adore « Slam Dunk », mais il est beaucoup plus « pop-corn » au niveau de son registre de lecture, plus facile d’accès et immédiat, surtout que son découpage permet de prendre le titre à n’importe quel moment et de suivre l’action sans soucis.
« Dream Team » est beaucoup moins « monolithique », et son rythme beaucoup moins orienté « action » pur. Il faut s’imprégner de l’ambiance pour y être réceptif. [/quote]

Ok dans la comparaison, mais pas mal de personnes semblent oublier le point de départ et l’objectif de Slam Dunk. Je rappelle que SD est construit aussi autour de bad boys notamment avec l’histoire de Mitsui/Miyagi qui part dans un joyeux bordel dans le gymnase impliquant toute l’équipe sauf Akagi (qui lui restera finalement toujours dans le même rôle). Mais attention Slam Dunk c’est avant tout une déclaration d’amour d’un auteur qui semble adorer le basket. Et son but c’est de montrer tout l’intérêt de ce sport au japonais moyen qui dans le fond semblait s’en taper royalement du basket.
SD c’est avant tout 2 choses : la démonstration envers Sakuragi que ce sport est génial (avec la conclusion qu’il adore ce sport) et la construction d’une équipe d’un sport collectif qui peut se réunir autour d’un objectif commun malgré les caractères incompatibles (avec en conclusion la fin épique du match contre Sannoh).
Pour moi Slam Dunk c’est pas un vulgaire manga de sport, c’est une argumentation de l’auteur que ce sport est universel et génial. (D’ailleurs j’ai fait du basket en club l’année suivante de la fin de parution de Slam Dunk xD).
D’ailleurs, un grand nombre de personnages

Hm, ça veut dire qu’il n’y a pas de clif à la fin de chaque chapitre dans Dream team ? C’est étrange, tiens…

Alors ça… C’est clair ! (Je crois que c’est contre Kainan où Rukawa fait un truc completement WTF en esquivant un contre pour dunker derrière en tout en pleine extension… Si c’est pas digne de Kobe ça xD)

Oui, mais je me souviens de l’interview de l’auteur dans un des tomes, et s’il est parti sur cette histoire impliquant des furyos, c’est parce qu’il se ménageait une porte de sortie au cas où l’histoire de basket n’intéresserait pas le lectorat, et qu’il pourrait ainsi partir dans une direction comme dans l’autre (Furyo ou sport). Et d’ailleurs, après le tome 8 et le recrutement de Mitsui, il ne fait plus du tout référence à ces problèmes de bagarre et autres (à part un passage pour Mitsui avant le match contre Shoyo).
Le but de Inoue a toujours été effectivement de créer un manga exprimant son amour pour le sport à une époque où il n’existait quasiment pas de titres sur le sujet (voire pas du tout), et il a parfaitement atteint son but à ce niveau-là. C’est pourquoi il a en fait quelque chose de spectaculaire, simple d’accès et didactique (en expliquant très bien les règles à travers l’apprentissage de Sakuragi), pour justement montrer à quel point ce sport est passionnant. C’est le précurseur a ce niveau-là, et personne ne lui retirera jamais cela. Même « Dream Team » fait référence à « Slam Dunk » à travers des personnages qui ont commencé le basket en lisant ce manga.

Ce que je voulais surtout exprimer par cette comparaison, c’est qu’il ne s’agit pas d’un « Slam Dunk » bis, parce qu’il est vain de vouloir imiter ce titre, et qu’il est beaucoup plus intéressant de partir sur une autre voie, comme le fait « Dream Team », et qu’on n’aimera pas forcément l’un si on apprécie l’autre, tant les deux n’ont rien à voir dans l’ambiance tout en partageant beaucoup de points communs (beaucoup plus qu’avec « Kuroko’s Basket » et « I’ll », par exemple). Maintenant, je ne comprends pas trop non la remarque, personne n’a jamais dit que Slam Dunk est « un vulgaire manga de sport ». Il a établi tout une série de standard à ce niveau et possède une ambiance inégalable et un modèle dans le genre sportif indétrônable, mais ça ne signifie pas qu’il est sans défauts et intouchable non plus.

Si, bien sûr, mais le découpage de l’action est très différent et fait plus participer l’équipe dans son ensemble avec un personnage un peu plus central, en se concentre moins sur un personnage en particulier pendant plusieurs chapitres pour lui donner « son moment de gloire ». Exemple comme ça sur le match contre Shoyo, à un moment l’attention se concentre presque exclusivement sur Mitsui quand il réalise son enchaînement de trois points avant de s’effondrer, et les autres sont presque inexistants sur cette période. Et c’est pareil à toute une série de moments-clés de nombreux matchs. Cela aide à la compréhension, à apprendre à connaître un personnage, l’auteur peut plus facilement gérer le comptage des points et autres, mais il y a réellement un « pattern » qui se répète et qu’une fois remarqué, il peut être difficile de passer outre, parce qu’on voit un peu trop où l’auteur veut en venir, là où c’est plus fluide et subtil dans « Dream Team ». Mais c’est normal, chaque auteur a son style, et les enjeux ne sont pas les mêmes, vu que Hinata a dessiné son titre dans « l’après Slam Dunk », où le manga traitant du basket a déjà fait ses preuves.

Il y avait Dear Boys, mais ce n’est pas tout à fait le même style…

Tori.

Bon, là entre la chronique qui semble défiler sur 1 km + toutes les citations dans les comm’s qui prennent la taille de l’écran, j’ai juste pas envie de lire. J’abandonne.

Faut pas exagérer quand même… toutes les chroniques faites sur ce nouveau modèle sont plus « longues » car on intègre des visuels et qu’on développe un peu plus. Après oui, il faut aimer un peu lire je te l’accorde mais je vois pas foncièrement la différence avec avant en fait. Il faut scroller… comme avant, ça n’a pas changé, on ne peut pas faire tout rentrer sur un simple écran…

Pour les citations, cela va être modifié car c’est effectivement trop gros par rapport au reste.

Si pour vous il n’y a quasi aucune différence entre avant et maintenant, tant mieux. La longueur d’un texte ne m’a jamais réfutée jusqu’ici. Mais bon, rien que l’image du haut ne tient pas sur mon écran. Ah et y’a un bug lorsqu’on écrit un comm. Si la case passe sous l’encart en bas à droite (collection, shopping list, surveiller, acheter), on ne voit plus le texte.

Fais l’effort de me lire DéesseVonKiki, pour moi ! :smiley:

Blague à part, je fais partie de ceux qui écrivent le plus (à ma connaissance) dans leurs chroniques. Je sais que ça rebute parfois certains mais c’est comme ça, je n’y peux rien. Pourtant c’est paradoxal car je déteste lire sur un écran (c’est encore plus paradoxal parce que mon occupation m’y oblige XD).

J’essaie de faire des efforts mais Dream Team me tenait à cœur et comme j’estime qu’un chronique doit contenir un minimum de plus-value par rapport à un simple résumé, ça donne ce genre de texte (ceci dit, c’est vrai que je l’ai rédigé en ayant à l’esprit l’ancien formatage). Si c’est pour écrire : I - C’est beau, II- C’est bien (on sent la formation de juriste :P), autant lire le synopsis et feuilleter le manga, c’est plus simple.

(ceci n’était pas dirigé contre toi, je justifiais simplement mon processus de création XD).

DéesseVonKiki ne parlait pas de la longueur de la chronique, mais du fait qu’avec cette nouvelle mouture, il faille scroller au moins 2 fois avant de tomber sur le début de la chronique. Rien que la couv’ prend vraiment beaucoup trop de place. Peut-être que la version finale sera plus claire mais oui, là, c’est trop, et si tout le monde le dit ce n’est pas un hasard…